noscript

Please Wait...

Marine Le Pen met en garde le camp macroniste contre un «coup d’État administratif», l’Élysée l’appelle au «sang froid»

Marine Le Pen met en garde le camp macroniste contre un «coup d’État administratif», l’Élysée l’appelle au «sang froid»
folder_openFrance access_time depuis 17 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Marine Le Pen a mis en garde mardi contre un «coup d'État administratif» du camp macroniste qui envisagerait, selon elle, une vague de nominations avant une éventuelle cohabitation, suscitant une ferme mise au point de l'Élysée qui l'a appelé à faire preuve de «sang froid».

«Il existe des rumeurs comme quoi le président de la République envisagerait demain (mercredi), c'est-à-dire à quatre jours du second tour, de nommer le directeur général de la police nationale, alors qu'il devait rester jusqu'à la fin des JO, et le directeur de la gendarmerie nationale», mais aussi «des dizaines de préfets», a expliqué la leader du Rassemblement national sur France Inter.

Une salve de nominations est prévue prochainement en Conseil des ministres, peut-être dès mercredi, selon plusieurs sources concordantes.

Les patrons de la police et de la gendarmerie doivent aussi être remplacés car ils partent à la retraite et ont été maintenus en fonction jusqu'à la fin des Jeux olympiques.

«Coup d’État administratif»

Pour la présidente des députés du parti d'extrême droite, «l'objectif» de telles nominations dans la précipitation serait «d'empêcher Jordan Bardella de gouverner le pays comme il le souhaite», si le RN remportait la majorité dimanche au second tour des législatives.

«C'est une forme de coup d'État administratif», a-t-elle estimé, tout en espérant «que ceci relève uniquement de la rumeur».

Pour son allié Éric Ciotti, cela témoigne d'une «panique générale» pour «recaser les proches».

L'Élysée a diffusé une mise au point estimant «qu'être en responsabilité suppose du sang-froid et de la mesure».

«Elle fait des grands gestes, des grandes paroles pour essayer de masquer la panique qui est la sienne», a aussi réagi le premier ministre Gabriel Attal en déplacement à Chartres.

La présidence accuse d'abord le RN d'aller vite en besogne en projetant l'arrivée de Jordan Bardella à Matignon, rappelant que seul le chef de l'État peut nommer un premier ministre.

«Ainsi qu'il l'a indiqué, il le fera après les élections législatives sur la base de la composition de l'Assemblée nationale que les Français auront élue», a-t-on expliqué dans son entourage.

«Par ailleurs, l'article 13 de notre loi fondamentale indique que le chef de l'État nomme aux emplois civils et militaires tels les préfets lors du Conseil des ministres qu'il préside», a souligné l'Élysée. «Il y a depuis 66 ans chaque semaine des nominations et des mouvements, notamment l'été, indépendamment des moments politiques traversés par nos institutions, et il n'est aucunement prévu qu'une de ces dispositions puisse changer dans les prochains mois».

Comments

//