noscript

Please Wait...

Législatives en France: Semaine cruciale après l’arrivée en tête de l’extrême droite au premier tour

Législatives en France: Semaine cruciale après l’arrivée en tête de l’extrême droite au premier tour
folder_openFrance access_time depuis 19 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

La France entre lundi dans une semaine décisive de tractations politiques au lendemain du premier tour de législatives historiques qui a vu l’extrême droite arriver largement en tête et aux «portes du pouvoir».

Trois semaines après le séisme politique provoqué par le président Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale, les Français ont voté massivement dimanche au premier tour d’un scrutin particulièrement scruté à l’étranger.

Avec 33,2-33,5% des suffrages, le Rassemblement national (RN, extrême droite) et ses alliés obtiennent leur meilleur score au premier tour d’un scrutin dans le sillage des européennes, selon les dernières estimations.

Ils devancent le Nouveau Front populaire réunissant la gauche (28,1-28,5%), loin devant le camp d’Emmanuel Macron (21-22,1%).

«Verdict sans appel»

L’extrême droite a demandé aux Français de lui donner une majorité absolue au deuxième tour.

Le second tour des législatives de dimanche prochain sera «l’un des plus déterminants de toute l’histoire de la Ve République» française, fondée en 1958, a lancé le jeune président du RN, Jordan Bardella, 28 ans.

Les Français «ont rendu un verdict sans appel», s’est-il réjoui dimanche soir.

Trente-neuf députés RN ont été élus dès le premier tour, contre 32 pour le Nouveau Front populaire.

«Il nous faut une majorité absolue», a lancé de son côté la cheffe de l’extrême droite française, Marine Le Pen, présidente des députés RN, élue dès le premier tour dans le Nord.

Si Jordan Bardella devenait premier ministre, ce serait la première fois qu’un gouvernement issu de l’extrême droite dirigerait la France depuis la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle un régime collaborationniste non élu avait été mis en place.

Le père de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen, avait cofondé en 1972, avec deux anciens Waffen-SS, le Front national (devenu RN en 2018).

Assemblée bloquée?

Alors que le traditionnel «front républicain» en France contre le RN apparaît moins systématique que par le passé, le parti de Jordan Bardella et Marine Le Pen est en mesure d’obtenir une forte majorité relative voire une majorité absolue dimanche prochain.

Mais le scénario d’une Assemblée nationale bloquée, sans alliances majoritaires envisageables entre les trois blocs en présence, reste aussi une possibilité, un scénario qui plongerait la France dans l’inconnu.

Le pari d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale au soir de la déroute de ses candidats aux élections européennes du 9 juin, est dans tous les cas définitivement perdu.

Visage d’apparence lisse incarnant un parti lepéniste dédiabolisé, Jordan Bardella, qui aspire à entrer à Matignon, a promis d’être «un premier ministre de cohabitation, respectueux de la Constitution et de la fonction du président de la République, mais intransigeant» sur son projet de gouvernement.

«Éviter à la France une catastrophe»

Il s’agirait d’une cohabitation inédite entre Emmanuel Macron, président pro-européen, et un gouvernement beaucoup plus hostile à l’Union européenne, qui pourrait faire des étincelles au sujet des prérogatives des deux têtes de l’exécutif, notamment en matière de diplomatie et défense.

«L’extrême droite est aux portes du pouvoir», a alerté le premier ministre Gabriel Attal, appelant à «empêcher le Rassemblement national d’avoir une majorité absolue».

«Nous avons sept jours pour éviter à la France une catastrophe», a lancé de son côté le député européen de gauche Raphaël Glucksmann, qui a appelé tous les candidats arrivés en troisième position à se désister.

Une centaine d’organisations en France, dont des associations et des syndicats, ont appelé dimanche soir à voter contre le RN au second tour.

«Pas une voix ne doit manquer à la défaite du RN», ont estimé les signataires de cet appel, rédigé à l’initiative de la Ligue des droits de l’homme (LDH).

Comments

//