noscript

Please Wait...

«Irresponsable», «ironie amère»: L’Iran réagit à la décision du Canada de mettre le CGRI sur sa liste noire

«Irresponsable», «ironie amère»: L’Iran réagit à la décision du Canada de mettre le CGRI sur sa liste noire
folder_openIran access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

L'Iran a condamné jeudi comme «irresponsable» la décision du gouvernement canadien de mettre sur sa liste noire les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

Le Canada a annoncé mercredi d'avoir inscrit les Gardiens de la Révolution sur sa liste noire sous prétexte que «l'Iran avait fait preuve de mépris pour les droits de l'Homme».

Il s'agit d'«une mesure hostile», a réagi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Nasser Kanani, dans un communiqué.

«Cette action irresponsable et provocatrice s’inscrit dans la mauvaise voie que le gouvernement canadien a empruntée depuis plus d’une décennie», a-t-il ajouté, en précisant que Téhéran se réservait le droit d'apporter «une réponse (...) proportionnée».

«Une ironie amère»

Le secrétaire du Haut Conseil iranien des droits de l’homme a pour sa part condamné fermement une décision hostile.

«Nous condamnons fermement la mesure hostile du Canada», a écrit, mercredi 19 juin, Kazem Gharibabadi sur son compte X.

Cette décision est «contraire aux principes du droit international».

«C'est une ironie amère que le Canada, qui est lui-même l'un des principaux violateurs des droits de l'homme et partisan du terrorisme, ait inscrit le nom du CGRI, chargé de veiller à la sécurité nationale et à lutter contre le terrorisme dans la région, sur [sa] liste terroriste», a-t-il indiqué.

M. Gharibabadi faisait référence, entre autres, à la sombre histoire largement documentée du Canada en matière de mauvais traitements envers les peuples autochtones.

Le Canada peut désormais geler les biens et poursuivre en justice les membres de l'organisation. Et toutes les transactions financières sont également interdites.

La décision d'Ottawa survient dans un contexte de grande tension depuis plusieurs années entre les deux pays, qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques depuis 2012.

Ottawa avait notamment banni de son territoire 10.000 responsables iraniens, dont les membres des Gardiens de la Révolution.

Elle avait déjà placé sur la liste noire la Force Qods, la branche des opérations extérieures des Gardiens.

Le Canada suit les Etats-Unis qui avaient placé les Gardiens de la Révolution sur leur liste noire en 2019.

Comments

//