noscript

Please Wait...

L’Iran se prépare à sa 14e élection présidentielle

L’Iran se prépare à sa 14e élection présidentielle
folder_openIran access_time depuis 12 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec PressTV

Le Conseil constitutionnel iranien, composé de 12 membres, l'organe de supervision des élections du pays, a approuvé dimanche six candidats pour la prochaine élection présidentielle.

Le processus de sélection a débuté le 4 juin, après une période d'enregistrement de cinq jours au cours de laquelle des centaines de candidats ont déposé leurs candidatures au ministère de l'Intérieur à Téhéran.

Seul un nombre restreint de candidatures ont été acceptées, car beaucoup ne répondaient pas aux critères minimaux d'éligibilité fixés par les autorités électorales.

L'organisme de contrôle mandaté par la Constitution a mis six jours pour étudier les références des candidats, dont de nombreux noms de premier plan, et a finalisé la liste dimanche.

Cette liste a ensuite été soumise au ministère de l'Intérieur qui s'est chargé de la communiquer aux médias

Les candidats en lice

Les six candidats retenus pour se présenter à la présidence sont :

1. Mohammad Bagher Ghalibaf : actuel président du Parlement qui a déjà participé aux élections présidentielles. En 2021, il a soutenu la candidature du feu président Ebrahim Raïssi.

2. Saïd Jalili : ancien négociateur en chef nucléaire et chef de la plus haute instance de sécurité du pays. Il s'est retiré de la course présidentielle en 2021 au profit de M. Raïssi.

3. Massoud Pezeshkian : parlementaire chevronné représentant de Tabriz au Parlement iranien et ancien vice-président (2016-2020).

4. Mostafa Pour-Mohammadi : homme politique chevronné et fonctionnaire judiciaire, auparavant ministre de l'Intérieur (2005-2008) et ministre de la Justice (2013-2017).

5. Alireza Zakani : ancien député et actuel maire de Téhéran. Il s'est retiré de la course présidentielle de 2021 au profit de M. Raïssi.

6. Amir-Hossein Ghazizadeh-Hashemi : ancien parlementaire et vice-président du Parlement, actuellement chef de la Fondation des Martyrs et des Anciens Combattants.

Élections et Constitution iranienne

L'élection présidentielle anticipée intervient après le martyre du président Ebrahim Raïssi et de ses compagnons dans un accident d'hélicoptère dans le nord-ouest de l'Iran le 19 mai.

Selon l'article 131 de la Constitution de la République islamique, en cas de décès, de démission, d'incapacité ou de destitution d'un président pendant plus de deux mois sans remplacement, le premier vice-président assume la direction

Mohammad Mokhber, qui a été premier vice-président sous M. Raïssi, occupe le poste de président par intérim depuis le 19 mai avec l'approbation du Leader de la Révolution islamique.

Notons que M. Raïssi n’est pas le premier président iranien à mourir en exercice.

En 1981, les «Moudjahiddines-e-Khalq» (OMK) ont assassiné le président de l'époque, Mohammad-Ali Rajaï. De nouvelles élections ont été organisées et l'imam sayyed Ali Khamenei, qui est actuellement le Leader de la Révolution islamique, a été élu pour succéder à Rajaï après une victoire écrasante.

Qui était le président Ebrahim Raïssi ?

Né en décembre 1960 à Machhad, au nord-est de l'Iran, le président Raïssi a commencé ses études religieuses d'abord dans sa ville natale, puis au séminaire de Qom à l'âge de 15 ans.

Avec une formation en droit, au début de la vingtaine, il a été procureur dans diverses villes iraniennes et a été nommé procureur adjoint de Téhéran en 1985.

Il a été promu procureur de Téhéran en 1989 et est resté à ce poste jusqu'en 1994.

De 1994 à 2004, M. Raïssi a dirigé l’Organisation d’inspection générale d’Iran, un organisme anti-corruption.

Il a été premier adjoint du pouvoir judiciaire du pays de 2004 à 2014 et procureur général de l'Iran de 2014 à 2015.

Le 7 mars 2016, l'imam Khamenei l'a nommé président de l'Astan Qods Razavi, la plus grande fondation religieuse du pays à Machhad.

Sayyed Raïssi s'est présenté à la présidence en 2017, terminant deuxième derrière Hassan Rohani.

En mars 2019, il a été nommé chef du pouvoir judiciaire par l'imam Khamenei, où il a mis en œuvre d'importantes réformes judiciaires, lutté contre la corruption économique et amélioré l'efficacité judiciaire.

Élu président en 2021 par une majorité écrasante, M. Raïssi a élargi et solidifié les liens de l'Iran avec les pays voisins, en se concentrant sur la sécurité mutuelle et en contrecarrant l'impact des sanctions américaines.

La prochaine élection présidentielle était initialement prévue pour 2025.

Comments

//