noscript

Please Wait...

«Israël» affame intentionnellement les Palestiniens de Gaza, selon un responsable de l’ONU

«Israël» affame intentionnellement les Palestiniens de Gaza, selon un responsable de l’ONU
folder_openPalestine access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

«Israël» affame intentionnellement la population de Gaza dans sa guerre contre l’enclave palestinienne et devrait être tenu pour responsable de crimes de guerre et de génocide, a déclaré mardi un responsable de l’ONU.

Le rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Michael Fakhri, a déclaré au quotidien The Guardian qu’«Israël» détruit délibérément les réserves de nourriture et restreint l’acheminement des vivres vers Gaza depuis le début de la guerre en octobre.

Environ 2,2 millions de civils sont confrontés à la faim et à la malnutrition sévère en raison des pénuries extrêmes de produits de base dans l’enclave.

Selon M. Fakhri, le fait de priver intentionnellement des civils de nourriture constitue un crime de guerre, conformément au statut de Rome de la Cour pénale internationale, qui stipule que le fait de priver des personnes «de biens indispensables à leur survie, y compris en empêchant intentionnellement l’envoi des secours» relève de cette définition.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont accusé à plusieurs reprises «Israël» d’affamer la population de Gaza, un acte que le Conseil de sécurité de l’ONU a qualifié de violation du droit international et de crime de guerre en 2018.

«Il n’y a aucune raison de bloquer intentionnellement l’acheminement de l’aide humanitaire ou de détruire intentionnellement des bateaux de pêche artisanale, des serres et des vergers à Gaza, si ce n’est pour empêcher les gens d’avoir accès à la nourriture», a constaté M. Fakhri.

Et de souligner: «Israël a annoncé son intention d’anéantir les Palestiniens, totalement ou partiellement, simplement parce qu’ils sont Palestiniens».

Du «jamais vu»

Le rapporteur spécial a affirmé que la situation à Gaza constituait un «génocide» et qu’«Israël dans son ensemble, pas seulement des individus, un tel gouvernement ou une telle personne, était coupable et devrait être tenu pour responsable».

«La situation était déjà très fragile en raison du contrôle exercé par Israël sur les entrées et les sorties de Gaza. Donc lorsque la guerre a commencé, Israël a très facilement pu affamer tout le monde, car la plupart des gens étaient au bord de la famine», a noté M. Fakhri.

«Nous n’avons jamais vu une population civile affamée aussi rapidement et de manière aussi complète. C’est ce que s’accordent à dire les experts en matière de famine. Israël ne se contente pas de cibler des civils, il tente de compromettre l’avenir du peuple palestinien en s’en prenant aux enfants», a-t-il martelé.

Michael Fakhri a également critiqué les pays qui ont réduit leur financement de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (Unrwa) à la suite des allégations d’«Israël» selon lesquelles douze employés de l’organisation avaient des liens avec le Hamas et son opération le 7 octobre.

L’Unrwa fournit de la nourriture, des soins de santé, de l’éducation et d’autres services de base à près de 6 millions de réfugiés palestiniens dans les territoires occupés et dans tout le Moyen-Orient.

«Mettre fin à un financement presque instantanément sur la base d’allégations non fondées contre un petit nombre de personnes n’a pas d’autre but que la punition collective de tous les Palestiniens dans de nombreux pays», a-t-il souligné.

Et de poursuivre: «Les pays qui ont cessé de fournir leur aide sont indubitablement complices de la famine dont souffrent les Palestiniens».

«Israël prétendra qu’il y a des exceptions aux crimes de guerre, mais il n’y a pas d’exception au génocide ni d’arguments pour expliquer pourquoi Israël détruit les infrastructures civiles et le système alimentaire, tue les travailleurs humanitaires et permet un tel degré de malnutrition et de faim (...). L’accusation de génocide tient tout un État pour responsable, et le remède au génocide réside dans la question de l’autodétermination du peuple palestinien. La voie à suivre ne doit pas seulement consister à mettre fin à la guerre, mais aussi à instaurer la paix», a conclu le rapporteur spécial.

Comments

//