noscript

Please Wait...

Damas déplore des frappes jordaniennes «injustifiées» sur son sol

Damas déplore des frappes jordaniennes «injustifiées» sur son sol
folder_openSyrie access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

La diplomatie syrienne a dit déplorer mardi des frappes jordaniennes «injustifiées» sur son sol, après la mort de neuf civils dans un raid contre des narcotrafiquants attribué au royaume la semaine dernière.

Dans un communiqué, le ministère syrien des Affaires étrangères exprime «son profond regret suite aux frappes aériennes menées par l'armée de l'air jordanienne sur plusieurs villages et zones à l'intérieur du territoire syrien».

Au moins neuf civils, dont deux enfants et quatre femmes, ont été tués le 18 janvier dans ces frappes, selon un média local.

«La Syrie souligne que de telles opérations militaires ne sont pas justifiées», poursuit le communiqué, ajoutant que Damas souhaite «éviter d'attiser les tensions et de nuire à la poursuite du rétablissement des relations fraternelles entre les deux pays».

C'est la première fois que Damas réagit aux frappes d'Amman sur son sol.

L'armée jordanienne n'a pas confirmé la frappe mais annonce régulièrement des opérations contre le trafic d'armes et de drogues dans les zones instables du sud de la Syrie contrôlées par Damas.

«Messages ignorés»

«La Jordanie continuera à faire face à ce danger et à tous ceux qui le soutiennent», a indiqué mardi le ministère jordanien des Affaires étrangères dans un communiqué, évoquant une «menace pour la sécurité nationale».

En décembre, quatre personnes, dont une femme et deux enfants, avaient été tuées dans des frappes également attribuées à la Jordanie.

Le royaume cherche à renforcer sa coopération en matière de sécurité avec la Syrie, qui s'est transformée en un narco-Etat où le captagon, une drogue de type amphétamines, est produite à l'échelle industrielle.

Cette drogue, destinée essentiellement aux pays du Golfe, fait de la Jordanie une voie de transit pour son trafic.

La Syrie s'était engagée à lutter contre le trafic de drogue lors de son retour au sein de la Ligue arabe au printemps 2023, après des années d'isolement depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

Mais dans son communiqué mardi, Damas a estimé que la récente escalade «n'est pas du tout conforme à ce qui a été convenu entre les (...) deux parties».

La Syrie s'était alors déclarée prête «à coopérer avec les institutions civiles et sécuritaires jordaniennes, mais ces messages ont été ignorés», souligne le ministère.

Le porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères, Sofiane al-Qoudah, a lui assuré qu'Amman était toujours prêt à coopérer avec Damas pour mettre un terme au trafic de drogue.

Comments

//