noscript

Please Wait...

Assad accuse l’Occident de créer la terreur en Syrie, rejette une rencontre avec Erdogan «selon ses conditions»

Assad accuse l’Occident de créer la terreur en Syrie, rejette une rencontre avec Erdogan «selon ses conditions»
folder_openSyrie access_timedepuis 9 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Le président syrien Bachar al-Assad a accusé l’Occident de chercher à créer un état de terreur en Syrie, dans une interview accordée à la chaîne SkyNews Arabia à Damas.

M. Assad a déclaré que «les pays qui ont semé le chaos en Syrie sont responsables du trafic de drogue».

Et de poursuivre: «l’image de guerre empêche tout investisseur de venir en Syrie pour investir sur le marché syrien».

M. Assad a par ailleurs atténué les espoirs de rapprochement avec la Turquie et le monde arabe dans son ensemble, lors de la première interview télévisée du président depuis le rétablissement de l'adhésion de la Syrie à la Ligue arabe en mai.

 «La Ligue des Etats arabes n’est pas devenue une institution au sens propre», a-t-il souligné.

Il a ajouté qu'une rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan n'avait pas pu avoir lieu en raison d'un différend sur le retrait des troupes d'Ankara des zones tenues par les rebelles dans le nord-ouest de la Syrie.

«Notre objectif est le retrait (de la Turquie) du territoire syrien, tandis que l'objectif d'Erdogan est de légitimer la présence de l'occupation turque en Syrie», a pointé du doigt M. Assad.

«Par conséquent, la réunion ne peut avoir lieu dans les conditions posées par M. Erdogan», a-t-il noté.

Le président syrien a également évoqué dans l’interview les raids aériens israéliens dans la capitale et a déclaré que «les frappes israéliennes sont dirigées principalement contre l'armée syrienne, sous prétexte qu'il y a une présence iranienne».

Dans cette interview, le président Assad a parlé de la guerre, du terrorisme, de la question de la drogue, des réfugiés et de leur retour, des défis de l’économie et de la vie en Syrie, de l’avenir des relations syro-arabes, de la situation au Liban, de la position sur le Hamas et du différend avec le président turc.

Comments

//