noscript

Please Wait...

qods2024

Les voisins du Soudan exhortent les parties belligérantes à entamer des pourparlers

Les voisins du Soudan exhortent les parties belligérantes à entamer des pourparlers
folder_openAfrique access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Les dirigeants des six pays voisins du Soudan se sont réunis au Caire jeudi pour les pourparlers de paix les plus importants depuis que le conflit a éclaté dans le nord-est du pays africain à la mi-avril.

Les dirigeants de l'Éthiopie, du Sud-Soudan, du Tchad, de l'Érythrée, de la République centrafricaine et de la Libye ont participé à la réunion, organisée par le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Le Soudan est secoué par la violence depuis le 15 avril, lorsque les tensions entre l'armée et les forces paramilitaires de soutien rapide (FSR) ont débouché sur un conflit ouvert.

Les dirigeants présents au sommet ont reconnu la menace que le conflit fait peser sur l'ensemble de la région et ont exhorté les parties belligérantes à s'engager à respecter un cessez-le-feu immédiat.

Ils ont exprimé leur profonde inquiétude face aux opérations militaires et à la forte détérioration de la sécurité et de la situation humanitaire au Soudan.

Al-Sissi a déclaré que les participants au sommet avaient souligné leur respect de la souveraineté et de l'unité du Soudan, ainsi que la non-ingérence dans ses affaires intérieures et la nécessité d'un dialogue inclusif.

Ils sont convenus de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire par les pays voisins et d'établir un groupe de travail des ministres des Affaires étrangères pour résoudre la crise par une communication directe avec les différentes parties soudanaises.

Le groupe présentera les résultats de ses réunions et ses recommandations lors du prochain sommet sur le Soudan.

«Ce sommet se tient à un moment décisif de l'histoire du Soudan, alors que le pays traverse une crise profonde qui a des répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité de la région, du monde et, en particulier, des pays voisins du Soudan», a prévenu Al-Sissi.

Le président égyptien a déclaré que les combats avaient entraîné la mort de centaines de civils et le déplacement de millions de personnes vers des zones sûres à l'intérieur du pays ou vers les pays voisins.

«Cela s'ajoute aux dégâts matériels considérables causés aux biens publics et privés et à la destruction de nombreuses installations vitales dans le pays», a-t-il ajouté.

Selon son président, l'Égypte «déploiera tous ses efforts, en collaboration avec toutes les parties, pour mettre fin à l'effusion du précieux sang soudanais, préserver les acquis du peuple remarquable du Soudan et aider à réaliser ses aspirations, exprimées par des millions de ses fils au cours de leur glorieuse révolution, à vivre dans la sécurité, la liberté, la paix et la justice dans leur patrie».

«Le Soudan souffre»

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmad Aboul Gheit, a souligné la nécessité de préserver les institutions de l'État soudanais et a insisté sur l'opposition de l'organisation à toute ingérence extérieure dans les affaires intérieures du Soudan.

La Ligue arabe souhaite coordonner et coopérer avec les Nations unies et l'Union africaine pour mettre fin au conflit, a-t-il indiqué.

Aboul Gheit a appelé à un renforcement des efforts arabes, régionaux et internationaux afin d’empêcher l'effondrement de la sécurité alimentaire au Soudan.

Mohammed al-Manfi, chef du Conseil présidentiel libyen, a appuyé les conclusions du sommet arabe qui s'est tenu en Arabie saoudite en mai, exhortant les parties soudanaises à s'unir, ce qui constituerait une étape importante pour mettre fin au conflit.

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmad, a déclaré que les pays voisins du Soudan continueraient à souffrir si les parties en conflit ne répondaient pas aux efforts de paix.

Les effets du conflit sont ressentis par tous les pays voisins, en particulier la Corne de l'Afrique, qui a connu des vagues de déplacements, a-t-il alerté.

Ahmad a appelé à un cessez-le-feu immédiat et durable.

«Le Soudan souffre. L'Éthiopie fait de son mieux pour l'aider. En 2020, nous avons célébré un nouveau départ pour la démocratie, mais cette joie s'est maintenant estompée, d'autant plus que nous assistons à un violent conflit politique qui a entraîné la perte de centaines de vies, des destructions et de nombreux déplacements», a-t-il signalé.

Toutefois, Ahmad a déclaré qu'il espérait que les choses «ne seraient pas laissées à l'abandon à Khartoum, et que ce conflit devrait être maîtrisé d'une manière ou d'une autre».

Faustin Archange Touadera, président de la République centrafricaine, a mis en garde contre la prolifération des armes en raison de l'insuffisance des contrôles aux frontières.

Il a appelé les parties en conflit à s'asseoir à la table du dialogue et a exhorté les pays voisins à jouer un rôle de médiateur afin d'assurer la sécurité et la stabilité au Soudan.

Comments

//