noscript

Please Wait...

L’Arabie accusée d’avoir décapité 12 personnes «alors que l’attention mondiale se concentre sur la Coupe du monde»

L’Arabie accusée d’avoir décapité 12 personnes «alors que l’attention mondiale se concentre sur la Coupe du monde»
folder_openMoyen Orient access_time depuis 9 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

L’Arabie saoudite a été accusée d’avoir utilisé la Coupe du monde comme distraction après avoir décapité 12 personnes au cours des 14 derniers jours malgré sa promesse de ne pas utiliser la peine de mort.

La vague d’exécutions était des sanctions pour des délits liés à la drogue, bien que le pays ait mis en place un moratoire sur l’utilisation de la peine de mort pour les crimes non violents en 2021.

Pendant ce temps, le dirigeant saoudien, le prince héritier Mohammed ben Salman, a assisté à la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde dimanche, assis à côté du patron de la Fifa, Gianni Infantino.

L’association de défense des droits de l’homme Reprieve a mis en lumière le cas d’un chauffeur de taxi menacé d’exécution imminente dans une prison saoudienne, dont la sœur a demandé l’année dernière l’aide de l’ancienne star anglaise Alan Shearer.

Zeinab Abo al-Kheir a écrit au spécialiste de la télévision après avoir déclaré qu’il souhaitait «écouter les preuves des violations des droits de l’homme» dans le royaume du désert après la prise de contrôle saoudienne de son ancien club, Newcastle United.

Son frère, père de huit enfants, Hussein, a été condamné à mort après la découverte de comprimés d’amphétamine cachés dans son réservoir de carburant à un poste de contrôle frontalier.

Mais les militants affirment qu’il a avoué sous la torture et que la drogue avait été placée dans sa voiture alors que le véhicule était garé devant son domicile en Jordanie.

La directrice de Sursis, Maya Foa, a accusé l’Arabie saoudite d’avoir procédé aux décapitations alors que l’attention du monde était concentrée sur la Coupe du monde à Doha.

«Alors que Mohammed ben Salman (MBS) se mettait au centre de la scène lors de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde, assis à côté du suprémo de la Fifa Gianni Infantino, le chauffeur de taxi Hussein Abo al-Kheir se recroquevillait dans une cellule, terrifié à l’idée que le bourreau le prenne ensuite.

Alors que tous les regards sont tournés vers le football, l’Arabie saoudite mène une horrible série d’exécutions, tuant des gens comme Hussein, un homme innocent qui a été torturé par la police saoudienne pour avouer», a-t-elle indiqué.

Si elle avait lieu, l’exécution de Hussein serait la 13e après les décapitations de trois Pakistanais, quatre Syriens, deux Jordaniens et trois Saoudiens.

Le nombre de personnes exécutées par l’Arabie saoudite cette année est d’au moins 138, ce qui est supérieur aux totaux de 2020 et 2021 combinés.

Cela comprend 81 personnes mises à mort en une seule journée en mars, dont beaucoup étaient des prisonniers politiques arrêtés lors de la répression des manifestations de la minorité chiite dans la province de l’Est.

Le nombre élevé d’exécutions a eu lieu malgré l’engagement de MBS à «minimiser» la peine capitale, seules les personnes reconnues coupables de meurtre ou d’homicide involontaire étant mises à mort.

Mme Foa a ajouté: «Mohammed bin Salman a vanté à plusieurs reprises sa vision du progrès, s’engageant à réduire les exécutions et à mettre fin à la peine de mort pour les infractions liées à la drogue.

«Mais alors qu’une année sanglante d’exécutions tire à sa fin, les autorités saoudiennes ont recommencé à exécuter des délinquants liés à la drogue, en grand nombre et en secret».

Le prince a déjà fait marche arrière sur d’autres politiques, comme sur les droits des femmes.

Malgré l’introduction de restrictions plus souples sur les femmes dans la nation ultra-conservatrice, notamment en leur permettant de rejoindre l’armée, il a également été à l’origine de l’emprisonnement de militantes des droits des femmes.

 

Comments

//