noscript

Please Wait...

Sayyed Nasrallah: La malédiction US interdit les aides au Liban, nous voulons un président qui ne poignarde pas le dos

Sayyed Nasrallah: La malédiction US interdit les aides au Liban, nous voulons un président qui ne poignarde pas le dos
folder_openRésumés des discours access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah a prononcé un discours lors de la commémoration de la journée du martyr du Hezbollah.

Il a souligné que «la journée du martyr est à l’occasion de l’opération menée par le martyr Ahmed Kassir qui a pris d’assaut le bâtiment du gouverneur militaire israélien à Tyr».

« L’opération du martyr Ahmed Kassir a établi la première étape de la libération, elle a abouti à l’effondrement de tous les plans et les rêves israéliens de faire entrer le Liban dans l’ère israélienne. Pour nous, la journée du martyr du Hezbollah est la journée de tous les martyrs de l’axe de la résistance dans toute la région», a-t-il ajouté.

«Nous espérons qu’une opération plus grande que celle du martyr Kassir soit menée contre l’ennemi israélien, que ce soit par des Palestiniens, des Libanais ou d’autres», a-t-il indiqué.

Et de poursuivre : «La résistance n’a cessé d’offrir des martyrs depuis 40 ans, 98 % d’entre eux sont des jeunes. Les fils des martyrs sont devenus des résistants et des leaders, tout cela grâce à l’engagement de leurs familles à l’égard de la résistance jusqu’à la victoire. Les familles des martyrs ont joué un rôle important dans la poursuite de notre voie au cours des 40 dernières années».

Abordant le sujet des corps de certains des martyrs du Hezbollah détenus par l’ennemi israélien qui nie leur existence, sayyed Nasrallah a promis de les récupérer. «Tout comme nous n’avons pas laissé nos prisonniers dans les prisons, nous ne laisserons pas les corps de nos martyrs, nous trancherons leur sort», a-t-il affirmé.

Sayyed Nasrallah a indiqué que « le Hezbollah a offert des des martyrs, dont un père, un fils et un petit-fils, ils expriment la trajectoire des générations qui continuent à porter l’étendard de la résistance». Il a révélé que l’ennemi parie que les deuxième et troisième générations abandonneront la résistance, alors il essaie de les cibler et les corrompre.

«Via la technologie, l’ennemi tente de changer les croyances les deuxième et troisième générations, cela représente un énorme danger, a averti le secrétaire général. Cependant la trajectoire des générations successives de nos martyrs confirme l’échec de l’ennemi à atteindre ses objectifs.

Sayyed Nasrallah a indiqué que l’ennemi a été surpris dans toute la Palestine occupée, son pari à influencer les générations et à les faire changer de principes n’a pas réussi. «Le martyr Oday Al-Tamimi et ses frères résistants ont confirmé l’échec du pari de l’ennemi d’altérer leurs plans», a-t-il précisé

Au sujet des élections israéliennes, sayyed Nasrallah a indiqué que «pour le Hezbollah, tous les gouvernements israéliens sont des criminels quel que soit le vainqueur des élections à la Knesset.

«Les résultats des récentes élections israéliennes ne nous concernent pas car tous les partis israéliens se ressemblent dans leurs crimes», a-t-il souligné.

Il a expliqué que «ces résultats ont peut-être des répercussions sur son front intérieur car ils peuvent se refléter au niveau de l’escalade et de confrontation». Et de poursuivre : «Prendre les rênes du pouvoir par des imbéciles dans l’entité sioniste accélèrera sa disparition. Les résultats des élections israéliennes vont exacerber les clivages aigus et affecter l’avenir de cette entité».

Sayyed Nasrallah a déclaré que «nous ne pouvons pas faire confiance aux garanties américaines pour préserver le document de démarcation de la frontière maritime. La force de la résistance est le seul élément sur lequel on compte pour préserver le document».

Au sujet des élections américaines, sayyed Nasrallah a indiqué que les résultats ne changent rien car républicains et démocrates sont les deux faces d’un même visage.

Il a répondu aux déclarations du secrétaire d’État adjoint américain concernant le Hezbollah et le Liban: «Les USA sont à la base de la malédiction, de la peste et de l’épidémie. C’est le Hezbollah qui a éradiqué la malédiction des États-Unis au Liban. Ce sont les États-Unis qui ont amené le fléau terroriste takfiri au Liban, le Hezbollah l’a éliminé. Ce sont les États-Unis qui ont voulu le chaos au Liban en 2019 en soutenant les manifestations après l’échec de leurs plans. Ce sont les États-Unis qui ont parrainé le chaos d’octobre 2019 et semé leur malédiction que le Hezbollah et les honorables ont confrontés».

«L’embargo américain se poursuit sur le Liban en empêchant tout investissement ou aide économique au pays. Celui qui empêche le gaz égyptien et l’électricité jordanienne du Liban est celui qui impose la loi César, c’est-à-dire les États-Unis», a-t-il affirmé.

Évoquant les aides offertes au Liban par des Etats rivaux aux Etats-Unis, sayyed Nasrallah s'est interrogé: Le Liban osera-t-il accepter la nouvelle aide russe ou cèdera-t-il aux menaces américaines ?

L’Iran a accepté la demande d’une délégation libanaise qui s’y est rendue afin d’aider le Liban, mais la «malédiction américaine» a empêché l’aide, a-t-il aussi noté.

Et d'ajouter : Washington n’a pas conclu l’accord de démarcation de la frontière maritime pour le bien du Liban, mais plutôt pour épargner la région de la guerre car ses priorités sont différentes. Le Liban a obtenu les demandes de l’État libanais dans l’accord de démarcation de la frontière maritime grâce à sa force.

 

Commentant la situation en Syrie voisine, le secrétaire général a déclaré que les Américains qui n’ont pas réussi à faire tomber la Syrie par le terrorisme, veulent la faire tomber par la faim et le froid.

Sayyed Nasrallah a ensuite affirmé que l’Iran a vaincu de manière décisive le complot de sédition tramé par les Etats-Unis, «Israël» et l’Occident.

L’ambassade américaine s’ingère dans les moindres détails gouvernementaux et ministériels au Liban, a affirmé sayyed Nasrallah, ajoutant: Nous appelons les Libanais à ne pas céder à la peste et à l’épidémie des États-Unis, qui ne veulent que protéger «Israël».

Concernant le choix d'un président libanais, sayyed Nasrallah a indiqué : Nous ne pensons pas que quiconque veuille un vide présidentiel au Liban, nous insistons sur l’élection d’un président le plus tôt possible. Les éléments de force doivent être préservés au Liban, la Présidence de la République est le plus important d’entre eux, elle est liée à la sécurité nationale de notre pays. La résistance est l’un des éléments les plus importants de la force du Liban, elle est visée notamment par les Américains qui cherchent à y instaurer le chaos. Nous faisons confiance à l’armée libanaise et à sa direction, qui refuse toute confrontation avec la résistance.

Sayyed Nasrallah s'est attardé sur les qualités du futur président libanais : Nous, la résistance, comme étant une grande partie du peuple libanais, voulons un président rassuré. La résistance qui a fait la libération en 2000 était rassurée à l’époque du président Emile Lahoud. Nous voulons un président courageux à Baabda qui ne craint ni ne cède, et place l’intérêt national au-dessus de sa peur. La résistance a été rassurée ces dernières années lors du mandat du président Michel Aoun, qui ne trahit pas.

Nous ne voulons pas un président qui protège la résistance parce qu’elle n’a pas besoin de protection, mais plutôt d’un président qui ne la poignarde pas dans le dos. Nous voulons un président courageux à Baabda qui ne craint ni ne cède, et place l’intérêt national au-dessus de sa peur.

S'adressant aux Libanais: «Si vous voulez que le Liban soit fort et qu’il puisse extraire du gaz, vous devez élire un président courageux qui ne poignarde pas la résistance dans le dos».

 

 

Comments

//