noscript

Please Wait...

Trêve fragile à Gaza, le Jihad avertit qu’il se réservait le droit de répondre à toute nouvelle agression israélienne

Trêve fragile à Gaza, le Jihad avertit qu’il se réservait le droit de répondre à toute nouvelle agression israélienne
folder_openPalestine access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

La trêve annoncée entre «Israël» et le Jihad islamique s’annonçait précaire à Gaza. L'armée israélienne a mené des raids sur une des positions du mouvement de résistance ce dimanche 7 août, en réponse à des roquettes en provenance de Gaza, seulement quelques minutes après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu à 23h30.

Le Jihad islamique a confirmé qu’il «cesserait les hostilités» à partir de cette heure-là, mais a aussi averti qu’il se réservait «le droit de répondre à toute [nouvelle] agression» israélienne.

Dans la nuit, la trêve obtenue grâce à une médiation de l’Egypte, semblait tenir bon, aucune partie ne faisant état de violation majeure de l’accord quatre heures après son entrée en vigueur.

Ces trois jours d’offensive israélienne contre Gaza ont déjà coûté la vie à 44 palestiniens, dont 15 enfants, et blessé 360 personnes, selon un dernier bilan du ministère palestinien de la Santé.

Dimanche, dix-sept Palestiniens dont neuf enfants sont tombés en martyre dans les raids israéliens notamment sur Jabaliya, la ville de Gaza et Rafah, a fait savoir le ministère de la santé qui a fait en outre état d’immeubles entiers détruits dans les raids israéliens.

Plus de 950 roquettes tirées, des positions militaires israéliennes visées

Dans la journée et en soirée, le Jihad islamique avait lancé des salves de roquettes en direction de villes en «Israël» et d’AlQods occupée. Les sirènes d’alarme ont retenti à «Tel-Aviv» et «Ashkelon» (Sud) pour alerter sur les tirs de roquettes et des colons ont accouru dans les abris. Trois colons ont été blessés par les tirs de roquettes depuis vendredi, selon des secouristes. Selon les médias israéliens, le nombre des roquettes tirées depuis Gaza est sans précédent. La radio israélienne avançait que 950 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza depuis le vendredi. Des positions militaires israéliennes situées dans l’enveloppe de Gaza, celles de «Kissoufim» et ses environs, de «Nahal Oz», puis les passages frontaliers «Sofa» et «Erez» ont été également visées. Dans l’une d’entre elles, des soldats israéliens ont été filmés en train de fuir.

Selon al-Jazeera, toutes les colonies de l’enveloppe de Gaza, soit 58 villes et localités ont été visées

Vidéo spéciale du Jihad islamique sur ses missiles et ses tirs de roquettes

Le Jihad islamique  a diffusé une vidéo sur les missiles en sa détention et ses tirs de roquettes en riposte à l’assassinat de Khaled Mansour, le commandant de la brigade sud des Brigades al-Qods et membre du Conseil militaire du Jihad islamique tombé en martyre dans le raid israélien le samedi 6 aout sur une maison à Rafah au sud de la bande de Gaza.

Besoin de médicaments et d’électricité

A Gaza, le directeur de l’hôpital Al-Chifa a affirmé que son établissement avait besoin d’urgence de médicaments et d’électricité pour pouvoir continuer à soigner les blessés. L’unique centrale électrique de Gaza a été fermée samedi en raison d’un manque de carburant, quatre jours après qu’«Israël» a fermé les points de passage avec l’enclave en invoquant des soi-disant «raisons de sécurité».

L’Egypte va œuvrer pour la libération de deux prisonniers du Jihad islamique

Les autorités d’occupation israélienne ont affirmé craindre des représailles du Jihad islamique après l’arrestation de Bassem Al-Saadi le 1er août en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par «Israël». L’Egypte doit s’employer à obtenir la libération de M. Saadi et d’un autre responsable du Jihad islamique, Khalil Awawdeh, détenu dans une prison israélienne depuis décembre 2021 dans le cadre de l’accord de trêve de dimanche soir. Ces deux derniers jours, quelque quarante membres du Jihad islamique ont été arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie.

 

 

 

 

Comments

//