noscript

Please Wait...

Allemagne: canicules et inondations ont coûté plus de 80 milliards d’euros ces dernières années

Allemagne: canicules et inondations ont coûté plus de 80 milliards d’euros ces dernières années
folder_openEurope access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Canicules, pluies diluviennes et inondations attribuées au réchauffement climatique ont causé des dommages de plus de 80 milliards d'euros en Allemagne ces dernières années, selon une étude publiée lundi et jugée «effrayante» par la ministre de l'Environnement.

D'après cette étude commandée par les ministères du Climat et de l'Environnement, les vagues de chaleur et de sécheresse exceptionnelles des étés 2018 et 2019 ont provoqué des coûts de quelque 35 milliards d'euros, tandis que les inondations meurtrières de juillet 2021 dans l'ouest du pays ont coûté plus de 40 milliards.

S'y ajoutent quelques 5 milliards de dommages supplémentaires liés à des orages violents ou pluies de grêles, selon un communiqué.

Agriculteurs et forêts, premières victimes

Les canicules ont affecté en premier lieu l'agriculture et les forêts.

Depuis 2000, l'Allemagne a en moyenne souffert de dommages d'au moins 6,6 milliards d'euros par an, précise par ailleurs l'étude.

«La crise climatique provoque désormais des dommages et des coûts énormes chez nous en Allemagne, comme le montrent les données effrayantes» des experts, a réagi la ministre de l'Environnement Steffi Lemke, citée dans le communiqué.

«Nous devons et nous allons investir davantage pour mieux protéger la population», a assuré la ministre écologiste.

Le gouvernement du social-démocrate Olaf Scholz a initié, sous l'impulsion essentiellement de son allié écologiste, une série de mesures pour atténuer les effets de la crise climatique.

Le pays veut ainsi presque doubler sa production d'énergie renouvelable en moins d'une décennie.

«Nous avons aussi besoin d'une stratégie visant à s'adapter aux changements climatiques, qui protège notre population, nos infrastructures et notre économie contre la chaleur, les inondations et les fortes variations climatiques», a souligné le ministre du Climat Robert Habeck dans le même communiqué, jugeant que l'étude apportait les «bases nécessaires» à son élaboration.

Comments

//