noscript

Please Wait...

Un nouveau campement de migrants évacué à Paris, le 3e en une semaine

Un nouveau campement de migrants évacué à Paris, le 3e en une semaine
folder_openFrance access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

Ces sept derniers jours, trois opérations du genre ont été réalisées. 105 sans-abris sont concernés par l'évacuation de ce vendredi. En tout, 673 personnes ont été transférées en centre d'hébergements.

Plus de cent migrants ont été évacués de leur campement parisien vendredi matin et transférés vers des centres d'hébergement, lors de la troisième opération de mise à l'abri successive en une semaine dans la capitale, ont annoncé les autorités. «Les services de la préfecture de la région d'Île-de-France (Prif) ont procédé ce vendredi 17 décembre à la mise à l'abri de 105 personnes à proximité du canal de l’Ourcq», dans le XIXe arrondissement parisien, a indiqué la Prif dans un communiqué. Ces personnes, qui s'étaient installées le long du canal sous deux ponts ont été «prises en charge dans des centres d'hébergement en Ile-de-France ou en régions», a-t-elle précisé. Dans le détail, 101 hommes et deux couples ont été transférés pour moitié en province, a précisé l'association France terre d'asile, opératrice de l'État pour ces opérations.

Il s'agit de la troisième opération du genre réalisée par la préfecture en une semaine à Paris : vendredi dernier, 237 personnes avaient été évacuées d'un tunnel également situé dans le XIXe arrondissement, avant la mise à l'abri de 331 exilés présents sur un campement près de Bercy, dans le XIIe arrondissement. Soit 673 personnes transférées en centres d'hébergement en sept jours. Avec l'opération de vendredi, l'État a évacué «le dernier campement important» de la région parisienne, explique Kerill Theurillat, un responsable parisien d'Utopia56, association qui vient en aide aux migrants à la rue. Ces opérations successives ont été menées «sous la pression médiatique, après des reportages sur le tunnel et l'attaque au sabre sur le campement de Bercy» qui a fait deux blessés parmi ces sans-abri, estime le responsable associatif.

Mais pour lui, «le problème (des campements) sera éternel tant qu'il n'y aura pas de dispositif de premier accueil à Paris». «C'est ce qu'on demande pour éviter que le passage à la rue soit obligatoire pour les primo-arrivants», ajoute Kerill Theurillat. Depuis plus d'un an, les autorités veulent éviter à tout prix la reformation d'un campement géant dans la capitale, comme il en existait encore fin 2019 le long du périphérique. Pour y parvenir, elles multiplient les évacuations dès que les regroupements de tentes prennent de l'ampleur. Depuis le début de l'année, a précisé la préfecture de région dans son communiqué, «7302 personnes ont ainsi été mises à l'abri dans le cadre de 28 opérations».

 

Comments

//