noscript

Please Wait...

Affaire des sous-marins: Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie pour consultations

Affaire des sous-marins: Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie pour consultations
folder_openFrance access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

La France a rappelé pour consultations ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie à cause de la «gravité exceptionnelle» de l'annonce du partenariat stratégique entre Washington, Londres et Canberra débouchant sur l'annulation par l'Australie d'un gros contrat d'achat de sous-marins à la France, a annoncé, vendredi 17 septembre, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

«À la demande du président de la République, j'ai décidé du rappel immédiat à Paris pour consultations de nos deux ambassadeurs aux États-Unis et en Australie. Cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées le 15 septembre par l'Australie et les États-Unis», déclare-t-il dans un communiqué.

«Nous avons été en contact étroit avec nos partenaires français sur leur décision de rappeler l’ambassadeur Etienne à Paris pour des consultations. Nous comprenons leur position et continuerons de nous efforcer dans les prochains jours à résoudre nos différends, comme nous l’avons fait à d’autres moments au cours de notre longue alliance», a réagi, côté Washington, la porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, Emily Horne.

Un peu plus tôt, un responsable de la Maison Blanche avait tenu des propos similaires, sous couvert de l’anonymat, tout en disant à propos de la décision des Français: «Nous regrettons qu’ils aient franchi ce pas».

Les États-Unis «espèrent» pouvoir régler ce différend «la semaine prochaine» à l'Assemblée générale des Nations unies (ONU), a ajouté le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.

Une soirée de gala annulée

C'est la première fois qu'une telle décision est prise vis-à-vis de ces deux pays, notamment les États-Unis, alliés historiques de la France depuis leur guerre d'indépendance.

Depuis l'annonce, mercredi, de ce partenariat sécuritaire baptisé Aukus, et l'annulation par l'Australie du contrat prévoyant la fourniture d'une douzaine de sous-marins conventionnels pour plusieurs dizaines de milliards d'euros, la France ne décolère pas à l'encontre des États-Unis et de l'Australie.

La France a ainsi annulé une soirée de gala prévue, vendredi soir, pour commémorer l'anniversaire de la bataille de Chesapeake Bay, décisive dans la guerre d'indépendance des États-Unis, conclue par une victoire de la flotte française sur la flotte britannique, le 5 septembre 1781.

Outre les États-Unis, Jean-Yves Le Drian a également dénoncé jeudi un «coup dans le dos» de l'Australie.

Le Premier ministre australien Scott Morrison s’est défendu, affirmant que l’information du partenariat avait été «transmise directement au président, au ministre des Affaires étrangères et à la ministre de la Défense», tout en disant comprendre leur «déception».

«Lorsque j’ai rencontré le président (Emmanuel Macron) à la fin du mois de juin, je lui ai clairement fait part (…) de nos inquiétudes concernant la capacité des sous-marins conventionnels à faire face au nouvel environnement stratégique», a affirmé le Premier ministre sur la radio FIVEaa d’Adelaïde. «Je lui ai très clairement dit que c’était une question sur laquelle l’Australie devait se décider en prenant en compte son intérêt national.»

Faisant feu de tout bois, Paris s’est demandé comment faire confiance désormais à Canberra dans la négociation commerciale entre l’Union européenne et l’Australie.

«On a des négociations commerciales avec l’Australie, je ne vois pas comment on peut faire confiance au partenaire australien», a lancé le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune.

Comments

//