noscript

Please Wait...

L’opération du martyr Ali Mounif Ashmar 20-3-1996

L’opération du martyr Ali Mounif Ashmar 20-3-1996
folder_openLes opérations martyres access_time depuis 10 années
starAJOUTER AUX FAVORIS


Le 20-3-96, alors que les campagnes et les plans américo-sionistes se multipliaient et que la plupart des pays du monde se réunissait à Sharm el Sheikh pour comploter contre la résistance et la nation, un combattant d'une vingtaine d'année s'est mobilisé pour renforcer encore plus la voie de la résistance, rappelant la nation les noms des grands martyrs de la résistance islamique qui ont détruit les locaux de l'occupation au siège du commandant à Tyr, l'école de l'arbre, le champ de Khyam, et la porte Fatima.

L'opération d'Ali Mounif Ashmar est survenue à proximité de la frontière de la Palestine occupée au triangle d'Oudeyssah-Rob tlatine. Les détails des opérations sont les suivants:

A 13h45min mercredi le 20-3-1996, le combattant martyr Ali Ashmar a pris d'assaut un convoi de l'ennemi près de la Palestine occupée au triangle Oudeyssah-Rob tlatine, se faisant exploser et provoquant la mort des soldats.

A 14h05min, la résistance islamique a riposté aux agressions, et a visé un rassemblement blindé de l'ennemi aux alentours de Rob tlatine, et réalisé de grands exploits.

A 14h30min, la résistance islamique a visé un rassemblement des collaborateurs d'Antoine Lahd au poste d'al Machnaqa.

A 18h50min, la résistance islamique a fait exploser une bombe contre une patrouille d'infanterie sioniste et collaboratrice commune aux alentours de l'opération martyre à Oudeyssah-Rob tlatine.

Selon les sources de la résistance islamique, le convoi sioniste se dirigeait de la colonie de Meskaff Am, passant par Oudeyassah et Taybeh. Pendant ce temps, le combattant martyr qui a pu pénétrer dans la région malgré les mesures de sécurité. Pendant ce temps, le combattant martyr attendait le retour du convoi de Taybeh.

Le combattant avait tendu une embuscade près de la route, et il a pu, le moment convenable, prendre d'assaut le convoi et se faire exploser. Le convoi était formé de plusieurs camions et quelques jeeps militaires qui transportaient des dirigeants militaires.

L'explosion a fait plusieurs blessés et morts dans les rangs de l'ennemi. la bombe qu'avait le martyr Ashmar possédait des centaines d'éclats meurtriers. Ses traces ont été nettement vues sur les véhicules de l'armée sioniste dans les images diffusées sur les écrans télévisés.
 
L'ennemi israélien, qui n'a pas évoqué l'opération pendant les premières heures, fut obligé de la révéler après avoir imposé un siège autour de l'opération, empêchant les journalistes de s'y approcher avant de retirer les véhicules détruits à l'intérieur de la position de Taybeh. Toutefois, les sources israéliennes ont ensuite reconnu qu'un sergent a été tué et un soldat blessé, alors que les sources sécuritaires ont assuré que six soldats ont été blessés ainsi qu'un sergent sioniste sont tombés au cours de l'opération martyre. Les sources de l'ennemi ont révélé que le sergent tué s'appelait Kamal Zaydan (23 ans), soulignant que le commandant de la région du nord Amiram Livin avait annoncé pour la première fois dans un point de presse l'arrestation d'un membre de la milice de Lahd pour l'avoir soupçonné de présenter de l'aide aux membres du Hezbollah dans l'implantation de la bombe à côté de Taybeh.

De son côté, le Premier ministre israélien Shimon Peres s'est rendu au site de l'opération pour s'enquérir sur l'état des blessés militaire à l'hôpital Rambam à Haïfa. Les sources de l'occupation n'ont pas souligné ces blessés, au nombre de dix, dont des officiers, alors que d'autres sources ont confirmé que les blessés sont tombés dans l'opération martyre.

Jeudi le 21-3-1996, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a annoncé dans une conférence de presse le nom du martyr auteur de l'opération héroique "Ali Mounif Ashmar", assurant que la résistance islamique se réserve le droit de riposter aux agressions sionistes. Il avait annoncé la nouvelle équation qui imposerait ensuite l'équilibre de la terreur. Il avait dit: "le seul moyen pour l'ennemi d'épargner les attaques contre ses colonies sionistes est de ne pas toucher à nos citoyens et à notre peuple...nous, au Hezbollah, assumons la responsabilité de toute décision que nous prenons pour résister à l'occupation en toute fierté et bravoure. La zone de la ligne frontalière occupée est une zone ouverte pour les opérations des combattants".

 

 

 

Comments

//