noscript

Please Wait...

Sheikh Jarrah: La «Cour suprême israélienne» a ajourné l’appel de quatre familles contre leur expulsion forcée

Sheikh Jarrah: La «Cour suprême israélienne» a ajourné l’appel de quatre familles contre leur expulsion forcée
folder_openPalestine access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

La «Cour suprême» de l’entité israélienne a ajourné l’appel de quatre familles palestiniennes contre leur expulsion forcée du quartier de Sheikh Jarrah à Al-Qods-Est occupée, car les familles ont rejeté une proposition du tribunal leur demandant de rester en tant que «locataires protégés» dans leurs propres maisons ! Tout en reconnaissant la propriété israélienne.

Les cas examinés lundi concernaient quatre familles palestiniennes, soit un total d’environ 70 personnes.

Les tribunaux inférieurs israéliens ont approuvé les expulsions des quatre familles pour faire place aux colons israéliens.

La «Cour suprême israélienne» avait suggéré lundi une proposition de compromis qui verrait les Palestiniens rester en tant que locataires protégés, ce qui rendrait leur expulsion plus difficile, et paieraient environ 400 euros de frais annuels à «Nahalat Shimon». Dans ce cas les expulsions seraient retardées de plusieurs décennies.

En échange, les Palestiniens reconnaîtraient que «Nahalat Shimon» est enregistré comme propriétaire des habitations en «Israël» mais sans pour autant céder leur propriété à l'organisation juive. Le compromis laisse toutefois la possibilité au «ministère de la Justice» de rouvrir le dossier.

Les expulsions de Sheikh Jarrah ont été un cri de ralliement pour les Palestiniens ces derniers mois et ont déclenché de violents affrontements à Al-Qods-Est, qui se sont ensuite propagés bien au-delà du quartier.

Le tribunal a donné sept jours aux quatre familles menacées d'expulsion pour dresser une liste de noms à déclarer comme locataires protégés dans le cadre de l'accord. Les juges ont exhorté les Palestiniens à accepter le compromis. «Nous voulons une solution pratique», a déclaré le juge Amit. «Sans déclaration de victoire d'un côté ou de l'autre.»

Comments

//