noscript

Please Wait...

Nucléaire iranien: les négociateurs décidés à «accélérer» le processus

Nucléaire iranien: les négociateurs décidés à «accélérer» le processus
folder_openIran access_timedepuis un année
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Les négociateurs sur le nucléaire iranien, qui se sont retrouvés mardi à Vienne après une pause de quelques jours, ont convenu «d'accélérer le processus», selon Téhéran, pour sauver l'accord.

Les représentants des Etats toujours parties à l'accord (Iran, Chine, Russie, France, Allemagne, Royaume-Uni) se sont réunis pendant moins de deux heures dans un hôtel de luxe de la capitale autrichienne, entamant ainsi une troisième séquence dans ces pourparlers qui ont débuté le 6 avril.

«De retour à Vienne (...) pour avancer vers nos objectifs», a tweeté à l'issue de la rencontre le diplomate européen Enrique Mora, qui chapeaute les pourparlers.

Selon le ministère iranien des Affaires étrangères, les participants ont décidé de passer à la vitesse supérieure. «Les activités des groupes d'experts vont s'enchaîner rapidement», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il s'agit d'une «semaine très importante», a réagi à la sortie l'ambassadeur chinois Wang Qun, seul à s'exprimer, alors que les lieux sont fermés à la presse pour cause de restrictions sanitaires liées au Covid-19.

«Nous observons des progrès majeurs mais d'importantes différences demeurent à ce moment critique», a-t-il ajouté. «Nous espérons que toutes les parties vont maintenir l'élan actuel pour résoudre la question au plus vite».

Les différents protagonistes s'étaient quittés le 20 avril sur des avancées mais ils avaient aussi prévenu que la tâche à accomplir demeurait immense pour rétablir ce pacte.

L'accord est moribond depuis le retrait des Etats-Unis de Donald Trump en 2018 et le retour dans la foulée des sanctions américaines à l'encontre de Téhéran.

«Le chemin à parcourir est plus long que celui déjà parcouru», avait commenté plus tôt en avril le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.

Il évoquait des «difficultés» en raison du caractère «indirect» des négociations, l'Iran refusant de se trouver dans la même pièce que les Etats-Unis.

 

 

Comments

//