noscript

Please Wait...

alqods2021

Birmanie: des centaines de personnes portées disparues, alerte l’ONU

Birmanie: des centaines de personnes portées disparues, alerte l’ONU
folder_openAsie access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

Des centaines de personnes sont portées disparues en Birmanie depuis le coup d’Etat du 1er février contre Aung San Suu Kyi et au moins 149 personnes y ont été tuées, a alerté l’ONU mardi 16 mars.

«Des centaines de personnes qui ont été illégalement détenues sont toujours portées disparues, sans que cela soit reconnu par les autorités militaires, ce qui équivaut à des disparitions forcées», a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, Ravina Shamdasani.

«Il est de plus en plus difficile de confirmer les informations, en particulier avec l’imposition de la loi martiale dans un certain nombre de municipalités de Rangoun et de Mandalay et de leurs environs», car «les communications ont été bloquées par l’Etat dans certains quartiers où des personnes ont été tuées ou déplacées», a-t-elle ajouté. «Nous avons toutefois réussi à confirmer qu’au moins 149 personnes ont été arbitrairement privées de leur vie depuis le 1er février», a-t-elle indiqué lors d’un point de presse de l’ONU à Genève, avec 11 personnes tuées lundi, 39 dimanche et 18 samedi.

Le bilan s’est considérablement alourdi ces trois derniers jours, la junte semblant plus déterminée que jamais à réprimer la contestation en faisant fi des nombreuses condamnations internationales. «Nous sommes profondément troublés par le fait que la répression continue de s’intensifier, et nous appelons à nouveau les militaires à cesser de tuer et d’arrêter les manifestants», a affirmé la porte-parole.

«Au moins cinq personnes sont décédées durant leur détention ces dernières semaines, et les corps d’au moins deux victimes présentaient des signes de sévices physiques graves indiquant qu’elles avaient été torturées», a-t-elle détaillé. Les arrestations et les détentions se poursuivent dans tout le pays, avec plus de 2084 personnes toujours «détenues de manière arbitraire» selon le Haut-Commissariat. Au moins 37 journalistes ont été arrêtés, dont 19 sont toujours en détention arbitraire, selon la même source.

Comments

//