noscript

Please Wait...

corona

Sayed Khamenei: L’Iran pourrait enrichir l’uranium à 60% en cas de besoin

Sayed Khamenei: L’Iran pourrait enrichir l’uranium à 60% en cas de besoin
folder_openIran access_time depuis 11 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

L'Iran pourrait enrichir de l'uranium à 60% en cas de besoin, a déclaré lundi le leader de la révolution islamique d’Iran, l'ayatollah l’imam sayed Ali Khamenei, dans un nouveau geste de défi à l'égard de l'Occident.

«La limite d'enrichissement de l'Iran ne sera pas de 20%. Nous agirons selon nos besoins (...) Nous pourrions augmenter l'enrichissement à 60%», affirme-t-il, selon un communiqué publié sur son site officiel.

La déclaration de sayed Khamenei intervient à la veille de l'entrée en vigueur d'une loi visant à limiter les capacités d'inspection de ses activités nucléaires face au maintien des sanctions américaines.

La loi du Parlement iranien exige du gouvernement iranien qu'il limite certaines inspections de l'agence nucléaire de l'ONU sur des installations non nucléaires, y compris des sites militaires suspects, si les États-Unis ne levaient pas leurs sanctions imposées en 2018 à l'Iran après leur retrait unilatéral de l'accord nucléaire de 2015. Début janvier, aux termes de la même loi, le gouvernement a relancé les activités d'enrichissement de l'uranium à hauteur de 20%, niveau que pratiquait le pays avant l'accord.

Le gouvernement «n'a pas abandonné ses engagements et réduit progressivement certains d'entre eux, qui sont encore réversibles dans le cas où (les autres pays partis à l'accord) reviennent à leurs responsabilités», a dit sayed Khamenei. «Les Occidentaux savent bien que nous ne cherchons pas (à fabriquer) des armes nucléaires».

Le Leader a qualifié d’«arrogante, trop exigeante, erronée et injuste», la littérature utilisée par les États-Unis et le trio européen à l’égard de l’Iran, ajoutant : «Dès le premier jour et pour une longue durée, la République islamique d’Iran est acquittée de ses engagements suivant les recommandations de l’islam ; la partie qui n’a pas respecté ses engagements dès le premier jour était précisément  composée de ces quatre pays. Par conséquent, ce sont eux qui doivent s’expliquer de leur comportement ; c’est à eux que doivent être destinées toutes les reproches.»

En allusion au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, sayed Khamenei, a affirmé : «Et l’on voit ce pitre du sionisme international répéter régulièrement : “nous ne laisserons pas l’Iran accéder à l’arme atomique”.  Tout d'abord, si nous avions une telle intention, même les plus puissants que lui ne seraient pas en mesure de nous en empêcher. Deuxièmement, nous ne cherchons pas l’arme nucléaire. Ceci est basé sur les principes et les prescriptions islamiques, lesquels interdisent les armes entraînant le massacre des gens ordinaires. Ce sont les États-Unis qui massacrent 220,000 civils avec des armes nucléaires. Notre Parlement a adopté une loi sur la question nucléaire et le gouvernement l'a saluée. Si Dieu le veut, demain une autre partie de cette législation sera mise en œuvre. Cette loi, qui est bonne, doit être exécutée avec précision.»

Et en soirée, l'ambassadeur d'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Kazem Gharibabadi, a annoncé que les limitations entreraient en vigueur «à partir de minuit locale (20h30 GMT). Les instructions nécessaires ont été données aux installations nucléaires».

 

 

Comments

//