noscript

Please Wait...

corona

Des hackers ciblent des sites gouvernementaux en Birmanie

Des hackers ciblent des sites gouvernementaux en Birmanie
folder_openAsie access_time depuis 10 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Des hackers ont pris pour cible jeudi 18 février des sites gouvernementaux gérés par la junte en Birmanie, en réponse aux coupures d'Internet imposées par les autorités pour la quatrième nuit consécutive.

Un groupe, qui se présente comme les «Hackers de Birmanie», a visé les sites de la Banque centrale, la page officielle de l'armée birmane, le site de la chaîne de télévision publique MRTV, de l'autorité portuaire ainsi que celui de l'agence de sécurité alimentaire et sanitaire.

«Nous nous battons pour la justice en Birmanie», a déclaré le groupe de pirates informatiques sur sa page Facebook.

«C'est comme une manifestation de masse devant les sites web du gouvernement», a-t-il déclaré.

Cette offensive cyber intervient après des manifestations qui ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans le pays mercredi pour protester contre le coup d'État militaire qui a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi au début du mois.

Matt Warren, expert en cybersécurité de l'université australienne RMIT à Melbourne, a estimé que cette attaque semblait être destinée à faire parler du mouvement de protestation.

«Le genre d'attaques auxquelles ils se livrent est du déni de service ou des défigurations de sites, qui sont du «hacktivisme», des actes de piratage informatique motivés par l'activisme, explique-t-il à l'AFP. «L'impact est potentiellement limité mais cela contribue à faire connaître leur cause».

Une nouvelle coupure d'Internet a été observée à 01 heure du matin jeudi en Birmanie, selon NetBlocks, un observatoire des restrictions d'internet basé en Grande-Bretagne.

Les connexions à internet sont tombées à 21% de leur niveau habituel, a indiqué l'observatoire, alors que le rapporteur des Nations unies Tom Andrews a dit craindre merdredi un regain de violences, après avoir été informé de l'envoi de soldats vers Rangoun.

Comments

//