noscript

Please Wait...

Premier anniversaire du martyre du général Soleimani

Pétrolier saisi par l’Iran: un ministre sud-coréen à Téhéran

Pétrolier saisi par l’Iran: un ministre sud-coréen à Téhéran
folder_openIran access_time depuis 11 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le vice-ministre des Affaires étrangères de la Corée du Sud, Choi Jong-kun, a rencontré dimanche son homologue iranien à Téhéran sur fond de tensions autour de la saisie d’un pétrolier sud-coréen par la République islamique dans le Golfe.

Visite de trois jours

Choi Jong-kun «a rencontré (...) le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Abbas Araghchi», rapporte l’agence officielle iranienne Irna sans plus de précisions.

La visite de M. Choi, qui doit durer trois jours, a lieu après que les forces armées iraniennes ont saisi le 4 janvier le «Hankuk Chemi», navire-citerne battant pavillon sud-coréen que Téhéran accuse de pollution maritime.

 

Séoul a exigé la libération rapide du pétrolier et de ses vingt membres d’équipage de nationalités sud-coréenne, indonésienne, vietnamienne et birmane.

Selon l’agence sud-coréenne Yonhap, M. Choi s’est rendu en Iran «pour négocier la libération rapide» du bateau et de son équipage.

Mais selon le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, l’«objet principal» de la visite de M. Choi (prévue de longue date) et des diplomates sud-coréens qui l’ont précédé jeudi à Téhéran est de «discuter de la manière d’accéder aux ressources financières de l'Iran en Corée».

«Pression maximale»

L’arraisonnement du pétrolier est survenu au moment où Téhéran presse les Sud-Coréens de débloquer des sommes de plusieurs milliards d’euros gelées en raison des sanctions américaines alors que la République islamique dit peiner à acheter des vaccins contre le Covid-19 ainsi que des médicaments ou des équipements médicaux à l’étranger.

Selon Yonhap, M. Choi a jugé que sa visite en Iran serait «une bonne occasion d’entendre clairement une fois de plus ce que veut le gouvernement iranien et de faire la part des choses entre ce que (Séoul peut) faire sur ce point et ce pour quoi il faut se consulter avec les Etats-Unis».

L’Iran était l’un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu’à ce que ce pays cesse ses achats sous la pression des sanctions rétablies à partir de 2018 par Washington au nom d’une politique de «pression maximale» contre l’Iran destinée à tarir ses recettes pétrolières.

 

Comments

//