noscript

Please Wait...

Premier anniversaire du martyre du général Soleimani

Crise du Golfe: l’émir du Qatar arrive en Arabie saoudite pour un sommet régional

Crise du Golfe: l’émir du Qatar arrive en Arabie saoudite pour un sommet régional
folder_openMoyen Orient access_time depuis 11 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Au lendemain de la réouverture des frontières entre les deux pays, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, est arrivé, mardi matin, en Arabie saoudite pour participer à un sommet des pays du Golfe, une première en trois ans de froid diplomatique.

Les dirigeants du Golfe se retrouvent, mardi 5 janvier, en Arabie saoudite pour un sommet qui fait souffler l'espoir de nouvelles avancées au lendemain de l'annonce de la réouverture par Riyad de ses frontières avec le Qatar, boycotté depuis plus de trois ans par ses voisins.

En juin 2017, l'Arabie saoudite et trois pays alliés — Émirats arabes unis, Bahreïn et Égypte — ont rompu leurs liens avec Doha, l'accusant de soutenir des groupes de résistance de trop s'entendre avec leurs adversaires iraniens et turcs ou encore de semer le trouble dans la région.

Les Qataris, qui ont toujours démenti, se disent victime d'un «blocus» et d'une atteinte à leur souveraineté.

Après trois ans et demi de boycott et de messages hostiles par médias interposés, le Koweït, en médiateur du Golfe, a révélé lundi soir que l'Arabie saoudite, poids lourd de la région et premier producteur mondial de pétrole, avait accepté de rouvrir au Qatar son espace aérien et toutes ses frontières.

Symbole du rapprochement en cours, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, est arrivé mardi à al-Ula, dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, pour participer à son premier sommet du CCG depuis 2017.

Le dirigeant de l'émirat gazier a en outre été accueilli avec une embrassade du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, sur le tarmac de l'aéroport, selon les images de la chaîne de télévision d'État saoudienne Al-Ekhbariya.

Des conditions non remplies

La rupture avec le Qatar s'est accompagnée de mesures de rétorsion : fermeture des frontières et de l'espace aérien aux avions du Qatar et restriction sur les déplacements de Qataris, ce qui a parfois conduit à la séparation de familles mixtes. 

Le quatuor avait formulé 13 conditions à la reprise des relations avec le Qatar, notamment la fermeture d'Al-Jazeera, chaîne de télévision honnie de nombreux régimes arabes, des engagements sur le fin du financement de groupes de résistance ou la fermeture d'une base militaire turque au Qatar. Doha ne s'est plié à aucune de ces demandes.

Diplomates, observateurs et certains articles de presse ont laissé entendre que tous ces sujets de discorde ne seraient pas abordés au cours du sommet, ce qui semble éloigner la perspective d'une résolution globale du litige dans l'immédiat.

 

Comments

//