noscript

Please Wait...

Nagorny Karabakh: le président arménien accuse Ankara, au siège de l’Otan

Nagorny Karabakh: le président arménien accuse Ankara, au siège de l’Otan
folder_openEurope access_timedepuis 11 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président arménien, Armen Sarkissian, a dénoncé mercredi au siège de l’Otan à Bruxelles, l’implication d’Ankara dans le conflit du Nagorny Karabakh, affirmant qu’il ne pouvait y avoir de paix que si la Turquie, membre de l’Alliance, cessait de soutenir militairement l’Azerbaïdjan.

«Il semble parfois que le conflit n’oppose plus seulement le peuple du Nagorny Karabakh et l’Azerbaïdjan, mais qu’il y ait aussi une troisième partie qui soutient politiquement, diplomatiquement, et lourdement militairement l’Azerbaïdjan, une troisième partie qui est impliquée dans l’action, une troisième partie qui a soutenu et emmené dans la région» des terroristes extrémistes, a accusé M. Sarkissian, lors d’un point presse conjoint avec le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg.

«Malheureusement, cette troisième partie est un membre de l’Otan (...) il s’agit de la Turquie», a poursuivi le président arménien.

«Si un pays membre de l’Otan comme la Turquie arrêtait d’être partie au conflit et contribuait au cessez-le-feu (...), je suis certain que nous parviendrions à un cessez-le-feu», a affirmé M. Sarkissian.

Son Premier ministre Nikol Pachinian avait déclaré un peu plus tôt dans la journée qu’il n’y avait pas de «solution diplomatique» au conflit.

M. Stoltenberg a indiqué de son côté que l’Otan était «profondément préoccupée par les violations en cours du cessez-le-feu», appelant «toutes les parties à la retenue», à une «solution de paix» et jugeant «inacceptables» les frappes contre des civils.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan, «deux précieux partenaires de l’Otan depuis plus de 25 ans (...) doivent reprendre les négociations», a-t-il plaidé, durant une brève déclaration à la presse.

Les appels au cessez-le-feu se sont multipliés depuis la reprise des hostilités le 27 septembre au Nagorny Karabakh, une région en majorité peuplée d’Arméniens ayant fait sécession de l’Azerbaïdjan à la fin de l’URSS et objet d’une guerre ayant fait 30.000 morts.

Comments

//