noscript

Please Wait...

Méditerranée: l’UE dénonce les «provocations» d’Ankara et rappelle ses menaces

Méditerranée: l’UE dénonce les «provocations» d’Ankara et rappelle ses menaces
folder_openEurope access_time depuis 3 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Les dirigeants de l'Union européenne ont dénoncé vendredi 16 octobre les «provocations» de la Turquie en Méditerranée orientale et renouvelé leur menace de sanctions dans les conclusions adoptées lors d'un sommet à Bruxelles.

«Nous déplorons les actions et les provocations unilatérales de la Turquie», a déclaré le président du Conseil européen Charles Michel à l'issue de la réunion.

«Le Conseil européen demande instamment à la Turquie d'inverser ses actions et d’œuvrer à la détente de manière cohérente et soutenue», précise le texte des conclusions.

«Nous avons réaffirmé notre volonté de ne céder en rien à ces provocations et nous avons acté que nous reviendrons avec des décisions dans les prochains mois en fonction de l'évolution du comportement de la Turquie», a expliqué le président français Emmanuel Macron lors de son point de presse.

Les dirigeants européens ont rappelé dans leurs conclusions la menace de sanctions formulée si Ankara ne cesse pas ses actions unilatérales.

Retour de l’Oruç Reis

Ils ont condamné vendredi le soutien d'Ankara à la décision des autorités de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN) de rouvrir l'accès à la station balnéaire chypriote-grecque de Varosha, interdit par l'armée turque depuis l'invasion du nord de l'île par Ankara il y a 46 ans.

Ils ont également dénoncé le retour du navire d'exploration gazière Oruç Reis au sud de l'île grecque de Kastellorizo, proche des côtes turques, au risque de raviver les tensions avec la Grèce. Ce navire avait été retiré des eaux grecques avant le sommet européen des 1er et 2 octobre.

«Si Ankara poursuit ses actions illégales, nous utiliserons tous les instruments à notre disposition», avait averti Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, à l'issue du sommet début octobre.

Des sanctions économiques ont été élaborées et elles sont prêtes à être «utilisées immédiatement», avait-elle assuré.

Les dirigeants européens ont prévu une évaluation de la situation en décembre et les conclusions adoptées vendredi sont une mise en garde à Ankara avec le rappel des résolutions des Nations-Unies.

Comments

//