noscript

Please Wait...

Premier anniversaire du martyre du général Soleimani

Coronavirus: l’ONU appelle à «un leadership responsable», nouvelles restrictions en Europe

Coronavirus: l’ONU appelle à «un leadership responsable», nouvelles restrictions en Europe
folder_openEurope access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

L’ONU a appelé mardi à «un leadership responsable» alors que la pandémie de Covid-19 continue de progresser un peu partout dans le monde, en particulier en Europe où le virus circule toujours à un rythme élevé, entraînant de nouvelles mesures de restriction.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé mardi à «un leadership responsable» face à la pandémie, dans un message diffusé à l'occasion du cap dépassé du million de morts.

«Maintenons la distanciation physique. Portons un masque. Lavons-nous les mains», exhorte-t-il, alors que dans plusieurs pays la colère monte contre ces mesures accusées de limiter la liberté individuelle.

Plus d'un million de morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.005.981 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à la mi-journée.

Plus de 33,4 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 205.895 décès pour 7.186.527 cas recensés. Suivent le Brésil avec 142.921 morts, l'Inde avec 96.318 morts, le Mexique avec 76.603 morts et le Royaume-Uni avec 42.001 morts.

En Inde, plus de 60 millions de personnes pourraient avoir été contaminées

Les autorités médicales indiennes ont annoncé que plus de 60 millions de personnes dans le pays pourraient avoir été contaminés par le SARS-CoV-2. C’est dix fois plus que le nombre officiel, selon lequel, avec plus de 6,1 millions de cas de contamination, l’Inde est, en valeur absolue, déjà le deuxième pays répertoriant le plus de cas.

Or, d’après des tests sanguins, qui ont été effectués sur 29 000 personnes dans 21 Etats entre mi-août et mi-septembre, ces données sont vraisemblablement en deçà de la réalité. «Un individu sur quinze âgé de plus de dix ans a été exposé en août» au coronavirus, a insisté le directeur général du Conseil indien de la recherche médicale, Balram Bhargava.

Selon l’étude, cette exposition était plus importante chez les personnes testées dans les bidonvilles des zones urbaines (15,6 %) et les autres zones urbaines (8,2 %) que dans les régions rurales (4,4 %).

L’Inde a progressivement levé les mesures très strictes de confinement imposées en mars pour tenter de sauver son économie en perdition.

10 000 morts en Belgique

Un cap symbolique a été par ailleurs franchi mercredi en Belgique. Selon les derniers chiffres publiés par l'institut de santé publique Sciensano, la pandémie de coronavirus a fait 10 001 morts dans le pays, ce qui en fait l'un des pays européens les plus endeuillés.

Treize nouveaux décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures et au total, 117 115 cas positifs ont été recensés. Le pays compte environ 11,5 millions d'habitants.

Nouvelles restrictions en Europe

Face à l’accélération de l’épidémie, plusieurs pays ont annoncé de nouvelles mesures de restrictions.

Les grands rassemblements y étaient déjà interdits jusqu’à la fin de l’année mais l’Allemagne a décidé d’aller plus loin: à l’issue d’une réunion avec les chefs de gouvernement des 16 Etats régionaux, la chancelière Angela Merkel a prôné mardi de nouvelles mesures restrictives, limitant notamment le nombre de participants aux fêtes dans l’espace public et privé en fonction de l’évolution des infections au Covid-19.

La recrudescence des cas est «naturellement une source d’inquiétude», a dit Mme Merkel. Et «nous savons qu’une période difficile nous attend (…) avec l’automne et l’hiver», a-t-elle ajouté, conseillant aux Allemands, comme le ministre de la santé, Jens Spahn, avant elle, d’éviter de partir en vacances à l’étranger pour les vacances de la Toussaint.

A côté des touristes de retour de vacances, «les fêtes privées sont une cause importante» de déclenchement de nouvelles infections, «c’est pourquoi il faut réagir», a dit la chancelière. Les Länder où sont enregistrés 35 nouveaux cas d’infection pour 100 000 habitants en sept jours devront imposer une limite de 50 participants pour une fête dans un espace public ou un local de location. Pour les réunions privées, il sera «urgemment conseillé» de ne pas dépasser 25 personnes, a-t-elle détaillé lors d’une conférence de presse.

Si le plafond atteint 50 sur 100 000 habitants, alors le nombre de participants devra descendre à 25 dans l’espace public, et si possible à 10 à la maison.

Dans les restaurants, les cafés et les bars où chaque client doit laisser ses coordonnées, des amendes d’un minimum de 50 euros seront également infligées si des personnes livrent des informations erronées, ont aussi décidé le gouvernement et les dirigeants des 16 régions du pays. Chaque Länd pourra décider du montant exact de l’amende.

De même, l'Irlande du Nord a ordonné aux bars et restaurants de fermer à 23H00 à partir de mercredi, dans la foulée de mesures similaires controversées dans le reste du Royaume-Uni.

Chômage partiel

Sur le plan économique, gouvernement, patronat et syndicats espagnols ont trouvé mardi un accord pour prolonger jusqu’à fin janvier le financement public des plans de chômage partiel provoqués par la pandémie de coronavirus, malgré son lourd impact sur les finances publiques.

«Le chômage partiel pourra continuer à être l’alternative aux licenciements», s’est félicité dans un tweet le secrétaire général du syndicat Commissions ouvrières, Unai Sordo.

C’est la deuxième fois que le gouvernement prolonge ce mécanisme entré en vigueur en avril. Il devait prendre fin le 30 septembre.

En France, le gouvernement a annoncé mardi la prolongation du chômage partiel à 100 % jusqu'à la fin de l'année pour le secteur de l'hôtellerie, de la restauration et des cafés.

Conséquences économiques

Dans le même contexte, le géant du divertissement Disney a annoncé la suppression de 28.000 postes aux Etats-Unis, au sein de son activité regroupant ses parcs d'attraction et croisières, l'événementiel ainsi que les produits dérivés, des activités dont le chiffre d'affaires a plongé de 85 % sur un an, du fait des conséquences de la pandémie.

L'Irlande s'attend à ce que la pandémie affecte moins son économie qu'attendu avec une baisse de son PIB de 2,5 % en 2020, et non de 10,5 % comme le craignait son gouvernement en avril.

Au Canada, il faudra environ deux ans à l'économie pour se remettre du double choc infligé par la pandémie et la chute des prix du pétrole, estime mardi un rapport parlementaire.

Vaccins réservés pour les pays pauvres

Par ailleurs, la Banque mondiale a demandé à son Conseil d’administration d’approuver un financement supplémentaire de 12 milliards de dollars (10 milliards d’euros) pour aider les pays pauvres à acheter et distribuer des vaccins contre le Covid-19.

«L’économie mondiale ne se rétablira pas complètement tant que les gens n’auront pas l’impression de pouvoir vivre, socialiser, travailler et voyager en toute confiance», a précisé un porte-parole de l’institution.

Alors que les vaccins ne sont pas encore commercialisés, le président de la Banque mondiale, David Malpass, souligne, dans un entretien au quotidien français Le Figaro, la nécessité d’anticiper «car le processus de distribution d’un vaccin est complexe». Il fait valoir l’expérience «solide» de l’institution de Washington en matière de programmes de vaccination, avec la polio, la rougeole ou encore en matière de gestion de crise comme celle d’Ebola.

Comments

//