noscript

Please Wait...

Netanyahou a approuvé en privé le projet américain de vendre des armes aux EAU, selon des responsables

Netanyahou a approuvé en privé le projet américain de vendre des armes aux EAU, selon des responsables
folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Le Premier ministre de l’Entité israélienne Benyamin Netanyahou a approuvé en privé un plan pour que l’administration Trump vende des armes de pointe aux Émirats arabes unis, bien qu’il ait déclaré publiquement plus tard qu’il s’opposait à l’accord sur les armes, selon des responsables familiers avec les négociations.

Netanyahou a choisi de ne pas essayer de bloquer l’accord alors qu’il participait à un effort plus large ces derniers mois pour obtenir une percée diplomatique normalisant les relations entre «Israël» et les Émirats, ont déclaré les responsables. Le président Trump a annoncé l’initiative en grande pompe le mois dernier, sans évoquer les discussions sur les armes qui se déroulaient sur une voie parallèle.

Mais après que la nouvelle de la vente d’armes soit devenue publique à la fin du mois dernier, le Premier ministre israélien a nié à plusieurs reprises avoir donné des assurances à l’administration Trump qu’«Israël» ne s’opposerait pas à l’accord d’armes émirati. Les responsables ont déclaré que les déclarations publiques de Netanyahou étaient fausses. Il a ensuite cessé de se plaindre publiquement du projet de vente d’armes après une réunion avec le secrétaire d’État Mike Pompeo à Al-Qods occupée la semaine dernière qui a ramené le Premier ministre israélien dans la file, ont déclaré les responsables.

La Maison Blanche a accéléré ses efforts ces dernières semaines pour vendre un ensemble d’armes de pointe aux Emirats, notamment des avions de combat F-35 et des drones Reaper. L’accord comprend également les jets EA-18G Growler – avions de guerre électronique qui ouvrent la voie à des attaques furtives en bloquant les défenses aériennes ennemies. Cet élément du package n’a pas été signalé auparavant.

Les Émirats arabes unis recherchent depuis longtemps des armes plus avancées, mais les Israéliens craignent un changement dans l’équilibre de la puissance militaire au Moyen-Orient. L’admission publique d’un accord par Netanyahou aurait probablement provoqué un tollé en «Israël», comme l’a fait la divulgation de la vente d’armes proposée, y compris de la part de membres du propre cabinet de Netanyahou.

L’annonce par M. Trump le 13 août de la percée diplomatique est intervenue alors que Netanyahou luttait pour gérer plusieurs crises: la pandémie de coronavirus, une coalition gouvernementale effilochée avec des rivaux politiques, des négociations budgétaires tendues et un procès pour corruption en cours.

Les responsables américains prennent soin d’insister sur le fait que la nouvelle poussée pour vendre les armes aux Emiratis n’est pas une récompense directe pour leur rôle dans l’accord, dans lequel les Emirats sont devenus la troisième nation arabe à reconnaître «Israël». Territoire de Cisjordanie. Mais ils ne contestent pas qu’après des années de refus américains de vendre des F-35 aux Emiratis, le changement de position est lié à l’initiative diplomatique.

L’accord sur les armes pourrait faire face à une résistance importante au Congrès; par la loi, les ventes d’armes ne doivent pas affaiblir bord militaire au Moyen-Orient. Mais les responsables de l’administration Trump ont discuté du contournement d’une partie critique du processus d’examen des législateurs, ce qui pourrait améliorer leurs chances de faire avancer les ventes d’armes avant les élections de novembre.

Ron Dermer, l’ambassadeur d’«Israël» aux États-Unis, a déclaré dans un communiqué qu’il «n’est pas vrai» que Netanyahou a donné son approbation aux responsables américains pour un accord d’armes impliquant des F-35. Il a ajouté qu’il était convaincu que l’administration Trump «était pleinement déterminée à maintenir» l’avantage militaire d’«Israël» dans la région.

Le département d’État a refusé de commenter. Un porte-parole du Conseil national de sécurité n’a pas répondu à un message sollicitant des commentaires.

Des dizaines de responsables émiratis se sont rendus à Washington la semaine dernière pour rencontrer leurs homologues du Pentagone et du département d’État pour discuter à la fois du paquet d’armes et de leur initiative diplomatique avec «Israël».

Les Émirats et l’Arabie saoudite entretiennent des relations étroites avec la Maison Blanche. Jared Kushner, gendre et conseiller principal du président, considère les deux nations comme importantes dans les efforts – qui jusqu’à présent ont échoué – pour négocier un accord de paix entre les dirigeants israéliens et palestiniens. De plus, Trump les a considérés comme d’importants acheteurs d’armes américaines malgré la résistance du Congrès face au meurtre de milliers de civils dans la guerre aérienne menée par l’Arabie saoudite au Yémen, souvent avec des bombes américaines.

Certains responsables du Pentagone et du Département d’État sont mal à l’aise avec l’influence que les Emiratis exercent au sein de la Maison Blanche et du Conseil de sécurité nationale, et ils étaient mécontents que les responsables militaires émiratis aient reçu un briefing confidentiel sur le F-35 en juillet.

Certains membres du Congrès et leurs collaborateurs ont exprimé des inquiétudes similaires, soulignant le rôle de l’armée émiratie dans la guerre catastrophique au Yémen. Les Emirats ont retiré la plupart de leurs forces l’année dernière, mais ils ont déployé des avions dans la guerre civile libyenne, suscitant de nouvelles inquiétudes parmi les législateurs américains.

Les responsables de l’administration Trump affirment que la détente entre les Émirats et «Israël» – et peut-être les futurs accords entre «Israël» et d’autres pays arabes – font également partie d’un effort plus large pour contrer l’Iran. Les responsables de l’administration ont tenté d’apaiser les inquiétudes israéliennes concernant l’acquisition du F-35 par une nation arabe en soulignant que les Émirats, comme «Israël», sont un ennemi avoué de l’Iran et que le renforcement de l’armée émiratie aidera la sécurité d’«Israël».

Les mouvements régionaux sont urgents à Washington parce que les stratèges de Donald Trump considèrent les efforts visant à renforcer «Israël» comme contribuant à renforcer le soutien des électeurs chrétiens évangéliques alors qu’il cherche à être réélu.

Les conseillers craignent également que si le président perdait face à l’ancien vice-président Joseph R. Biden Jr., la prochaine administration mettrait fin à l’accord.

Le journal israélien Yediot Ahronot a rapporté le mois dernier que l’accord d’armes émirati était directement lié à l’accord avec «Israël». En réponse, le bureau de Netanyahou a publié une déclaration détaillée énumérant les efforts du gouvernement au cours de l’été pour faire part à Washington de son opposition à la vente de F-35 à n’importe quel pays de la région.

 

Comments

//