noscript

Please Wait...

Yémen: un responsable humanitaire à l’ONU appelle les donateurs à payer les aides promises

Yémen: un responsable humanitaire à l’ONU appelle les donateurs à payer les aides promises
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AP

Un haut responsable de l’ONU a averti mardi que le Yémen ravagé par la guerre glissait vers la famine alors que le coronavirus se propage et que son économie implose – le tout au milieu d’une crise de financement qui oblige les Nations Unies à réduire davantage l’aide, y compris l’arrêt du traitement pour 250 000 enfants gravement malnutris.

«Ces enfants – et bien d’autres personnes – mourront sans votre aide», a déclaré le Sous-secrétaire général aux affaires humanitaires, Ramesh Rajasingham, au Conseil de sécurité de l’ONU. «Ils ont l’impression d’être punis injustement par un monde qui a promis d’aider mais qui tourne maintenant le dos.»

Il a déclaré que l’ONU n’avait reçu que 21% de son appel humanitaire de 2,4 milliards de dollars pour 2020.

«Il est extrêmement décevant» que seulement la moitié environ des 1,35 milliard de dollars d’aide humanitaire promis en juin ait été effectivement versée », a déclaré Rajasingham, ajoutant que l’engagement ne représentait que la moitié de ce que l’ONU a reçu l’année dernière.

«J’appelle tous les donateurs – et en particulier les voisins du Yémen dans le Golfe – à payer toutes les promesses maintenant», a-t-il déclaré. «Et j’appelle ceux qui ne se sont pas engagés, ou qui se sont engagés moins que l’année dernière, à accroître leur soutien.»

Rajasingham a déclaré que l’ONU n’avait pas de bonnes réponses aux Yéménites qui se posaient des questions sur les réductions qui ont déjà été instituées – les allocations pour les agents de santé de première ligne dans la pandémie, la fermeture des établissements de soins de santé primaires qui soignaient 1,8 million de personnes et «une réduction de l’aide alimentaire pour 8 millions de personnes alors que la famine sévit à nouveau dans le pays.

«Dans les prochaines semaines, les coupes iront encore plus loin», a-t-il déclaré. «À la fin du mois, nous réduirons de moitié les programmes d’eau et d’assainissement dans 15 villes. En septembre, nous arrêterons de soutenir près de 400 établissements de santé supplémentaires, coupant ainsi 9 millions de personnes des soins médicaux. Nous arrêterons également de traiter plus d’un quart de million d’enfants souffrant de malnutrition sévère. »

En ce qui concerne l’économie, a-t-il déclaré, le taux de change du Yémen reste «à des niveaux de crise», provoquant une flambée des prix des denrées alimentaires qui signifie que peu de gens peuvent se permettre de manger ainsi que la flambée des prix du carburant qui rendent les coûts de l’eau et des transports encore plus chers.

En mars 2015, l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe ont formé une coalition pour affronter les Houthis dans ce qu’ils ont dit être un effort pour arrêter l’influence croissante de l’Iran au Yémen, qui se trouve au coin sud de la péninsule arabique surplombant la mer Rouge et l’Arabie. Mer.

L’offensive de la coalition a tué plus de 100 000 personnes et créé la pire catastrophe humanitaire au monde, avec plus de 3 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et les deux tiers de la population dépendant de l’aide alimentaire pour survivre.

Le Conseil de sécurité a été informé à huis clos par l’envoyé spécial de l’ONU Martin Griffiths, qui tente d’arranger un cessez-le-feu et de lancer des pourparlers de paix entre les parties, et par Rajasingham dont les remarques ont été publiées par le bureau humanitaire de l’ONU.

Le conseil a exprimé sa «profonde préoccupation» face au déficit de financement dans une déclaration après la réunion, avertissant qu’il exacerbe la malnutrition aiguë dans la nation la plus pauvre du monde arabe.

Comments

//