noscript

Please Wait...

Premier anniversaire du martyre du général Soleimani

Macron dénonce la violation des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie

Macron dénonce la violation des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie
folder_openEurope access_timedepuis 6 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé jeudi la violation des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie en Méditerranée orientale, sur fond de regain de tension entre Athènes et Ankara, en recevant à l'Elysée son homologue chypriote Nicos Anastasiades.

 «Je veux une nouvelle fois redire la pleine solidarité de la France avec Chypre mais également avec la Grèce face aux violations de leur souveraineté par la Turquie. Il n'est pas acceptable que l'espace maritime d'un État membre de notre union soit violé ou menacé. Ceux qui y contribuent doivent être sanctionnés», a-t-il souligné.

«Cesser immédiatement les actions illégales»

La marine grecque a été mise en état d'alerte mercredi 22 juillet après que la Turquie a dépêché des navires militaires à proximité de la plus orientale des îles grecques, Kastellorizo, pour accompagner un navire d'exploration gazière sous-marine.

Athènes a appelé Ankara à «cesser immédiatement ses actions illégales» qui «violent sa souveraineté et menacent la paix et la sécurité de la région».

En Méditerranée orientale, les questions énergétiques et de sécurité «sont l'enjeu de luttes de puissance, en particulier de la Turquie et de la Russie, qui s'affirment de plus en plus et face auxquelles l'Union européenne pèse encore trop peu», a ajouté Emmanuel Macron.

«Il y a un vide de la part de l'Europe» en Méditerranée orientale, a estimé de son côté Nicos Anastasiades. «Mais les initiatives du président Macron sont une lueur d'espoir qui peuvent permettre que la Méditerranée ne soit pas sous le contrôle de la Turquie ou d'un autre pays».

Que ce soit la dégradation de la crise libyenne, où Turquie et Russie sont en position de force, les tensions en Méditerranée orientale, où plusieurs puissances comme la Turquie, «Israël», l'Egypte ou la Grèce sont en concurrence pour des ressources énergétiques, les facteurs de tensions se multiplient sur cette mer depuis des années.

Sommet Med 7

Concernant la Libye, «nous ne pouvons pas laisser là aussi les puissances étrangères, quelles qu'elles soient, violer l'embargo sur les armes», a ajouté Emmanuel Macron, rappelant la mise en œuvre nécessaire de sanctions «pour obtenir un cessez-le-feu et enclencher une dynamique réelle vers une résolution politique du conflit libyen».

La France a dénoncé à plusieurs reprises des ingérences turques dans la crise libyenne, et les tensions entre les deux pays sont montées d'un cran, particulièrement après un incident maritime entre deux bâtiments de guerre.

«Plus largement, l'Europe doit entreprendre une réflexion approfondie sur les sujets de sécurité en Méditerranée», a insisté Emmanuel Macron qui accueillera, pour évoquer ces questions, un sommet des pays du sud de l'Union européenne, appelé Med 7 (France, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Malte et Chypre), «à la fin du mois d'août ou au début du mois de septembre».

Comments

//