noscript

Please Wait...

Le rabbin d’«Israël» à Manama… et un religieux libanais

Le rabbin d’«Israël» à Manama… et un religieux libanais
folder_openBahreïn access_timedepuis 10 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AlManar

Le Bahreïn s’est de nouveau fait le chantre de la normalisation avec l’entité sioniste. A l’insu de la volonté de son peuple. Dans le cadre d’un forum pour les religions, Manama a reçu le dimanche 8 décembre le grand rabbin d’«Israël» Shlomo Ben Ammar qui a été invité par le roi Hamad ben Issa al-Khalifa en personne.

«La bénédiction de la paix de Jérusalem aboutira à des liens forts avec Israël», a lancé ce dernier, durant le forum, avant de rencontrer le rabbin Ben Ammar en tête à tête.

«Les habitants du Moyen-Orient sont concernés par la paix avec Israël et par de bonnes relations avec lui», a dit le rabbin durant la rencontre, selon la page Twitter du «ministère israélien des Affaires étrangères».

La rencontre s’inscrit dans un évènement bien plus important, dans le cadre des travaux de la table ronde internationale des affaires et de la liberté religieuse pour le Moyen-Orient et le nord d’Afrique. Il est organisé par le centre mondial du roi Hamad pour la coexistence pacifique, de collaboration avec la fondation des affaires et de la liberté religieuse à Washington.

Aux côtés des religieux venus de plusieurs pays, étaient présents une soixantaine de personnalités  parmi les décideurs dans les secteurs des investissements, de l’économie et du monde des affaires.

La présence du rabbin israélien connu pour ses affinités avec les partis israéliens de l’extrême droite n’était pas surprenante en soi, compte tenu que le processus de normalisation avec «Israël» est affiché, voire même vanté, sans détour par le régime bahreïni.  En même temps que d’autres pays arabes du Golfe, à leur tête l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

En revanche c’est la présence d’un religieux libanais qui a été surprenante, soulevant un tollé au Liban.

Dans la photo de souvenir prise pour tous les invités du forum se trouvait Ali al-Amine, l’ex-mufti de la ville de Tyr. Connu pour ses positions hostiles au Hezbollah et à l’axe de la résistance, il a été démis de ses fonctions et chassé de la ville. Sa participation à ce forum s’est manifestement faite à titre individuel. Il devrait être sous le coup de la loi libanaise qui interdit tout contact avec des personnalités israéliennes.

Malgré l’absence d’accord entre le Bahreïn et l’entité sioniste, mais les démarches de normalisation entre les deux entités vont bon train et se sont accélérés ces derniers mois.

Lors de la conférence organisée par Manama pour l’UNESCO, une délégation israélienne était présente.

En marge de la conférence d’Oslo, le ministre des AE bahreïni a rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Il avait auparavant multiplié ses déclarations dans lesquelles il a dit qu’«il était du droit d’Israël de se défendre». Commentant les raids israéliens contre la Syrie surtout.

De même, c’est le Bahreïn qui a accueilli l’atelier économique du «Deal du siècle», un accord que les Etats-Unis voudraient imposer aux Palestiniens pour liquider la cause palestinienne.

Ces démarches du régime bahreïni gouverné par la dynastie de Khalifa depuis plus de deux siècles vont à l’encontre de la population bahreïnie qui subit depuis 2011 une répression sans merci, escorté d’un changement démographique.

Dans un communiqué, l’organisation des Oulémas du Bahreïn de l’opposition bahreïnie en exil a condamné la participation du rabbin d’«Israël» au forum de Bahreïn. «Les démarches de normalisation accélérées avec les sionistes s’apparente à une déclaration de renoncement aux sacro-saintes de la oumma (nation) et vise à renforcer ses ennemis. La oumma se doit de déclarer haut et fort sa position».

Comments

//