Please Wait...

Armement: Les exportations françaises vers l’Arabie en hausse de 50% en 2018

folder_openFrance access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

L'Arabie saoudite, mise en cause pour son rôle dans la guerre au Yémen, est le troisième client de la France en 2018 en matière d'armement. Les montants des contrats avec la monarchie wahhabite dans ce domaine ont d'ailleurs augmenté de 50% en un an.

Alors que le gouvernement français a été pointé du doigt à plusieurs reprises pour ses liens commerciaux en matière d'armement avec l'Arabie saoudite, un rapport du ministère français des Armées au Parlement, rendu public le 4 juin, éclaire sur l'ampleur exacte des liens en question.

Le royaume wahhabite se révèle être le troisième client d'armement français en 2018 avec des prises de commandes (contrats signés et entrés en vigueur) proches d'un milliard d'euros en 2018 (dont un contrat pour des navires de type patrouilleurs supérieur à 500 millions).

Globalement, le Proche et le Moyen-Orient restent la première région d’exportation de la France, avec un peu plus de 50 % des prises de commandes (contrats signés et entrés en vigueur). Toutefois, le rapport souligne que ce total est en recul de 10 points par rapport à 2017.

Le premier client des industriels français est le Qatar, avec un total d’environ 2,5 milliards d'euros, incluant un gros contrat de 28 hélicoptères NH90 et un autre pour l’achat de 12 avions de chasse Rafale supplémentaires. Les achats qatariens devancent ceux de la Belgique (environ 1,1 milliard), pays qui a conclu un partenariat avec la France dans les blindés.

L’Egypte, qui a elle aussi acheté des Rafale en 2015, est le quatrième client (7,5 milliards d’euros depuis 2009)

La France «complice» de la crise humanitaire au Yémen

Les ONG, qui dénoncent depuis de nombreux mois l’emploi d’armes françaises par les belligérants engagés au Yémen, renouvellent leurs critiques. «Les contrats et les livraisons avec des pays accusés de crimes de guerre (Arabie saoudite) ou de répression contre leur population (Egypte) atteignent des montants très élevés», regrette Tony Fortin, de l’Observatoire des armements, qui accuse la France de violer ses engagements pris dans le cadre du traité sur le commerce des armes (TCA).

«Depuis 2015, les ventes de la France vers l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis s’élèvent à près de 6 milliards d’euros, relève Jon Cerezo, d’Oxfam. La France doit réagir et arrêter de se rendre complice d’une des pires crises humanitaires dans le monde et de la souffrance subie par la population yéménite depuis plus de quatre ans.»

Comments

//