ACTUALITÉSMoyen OrientMoyen Orient Infos d’ALAHED:Une roquette s’abat près de l’ambassade américaine à Bagdad

Please Wait...

Une roquette s’abat près de l’ambassade américaine à Bagdad

folder_openMoyen Orient access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le tir a visé la Zone verte, un secteur ultrasécurisé où siège l'ambassade des Etats-Unis. Cette attaque s’ajoute à de multiples incidents survenus entre les alliés de Washington et de l’Iran

Une roquette a été tirée dimanche sur la Zone verte de Bagdad, quelques jours après le rappel par l'administration américaine de ses diplomates non essentiels en Irak.

Selon un communiqué des forces de sécurité irakiennes, la roquette de type Katioucha est tombée sans faire de victimes dans le centre de la Zone verte, où sont également basés notamment le gouvernement et le Parlement irakiens ainsi que les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne. Les mêmes sources n'ont pas précisé quelle était l'éventuelle cible visée dans cette zone.

Selon une source policière, le projectile a été tiré d'une «zone abandonnée» dans le sud de Bagdad. Située sur un périmètre de 10 km carrés au bord du Tigre, dans le centre de la capitale irakienne, la Zone Verte est un îlot bunkérisé créé après l'invasion de l'Irak en 2003 par l'armée américaine qui avait renversé le régime de Saddam Hussein.

Elle est entourée de murs de béton surmontés de barbelés. L'une de ses artères a été rouverte fin 2018 et les automobilistes peuvent l'emprunter de la fin de l'après-midi jusqu'au lever du jour, lorsque les institutions officielles et les chancelleries occidentales sont fermées.

Des tensions grandissantes entre l'Irak et les Etats-Unis

Le tir de roquette survient au moment où les tensions montent entre l'Iran, pays voisin de l'Irak, et les Etats-Unis qui ont renforcé les sanctions contre Téhéran ainsi que leur présence militaire dans la région. Ces tensions sont liées au retrait américain il y a un an de l'accord international visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions. Les Etats-Unis ont du coup rétabli leurs sanctions, plombant l'économie iranienne.

Peu après l’incident le président des Etats-Unis, Donald Trump, a menacé sur Twitter l’Iran de destruction en cas d’attaque contre des intérêts américains.

Des rappels de personnels

Jugeant que des groupes armés irakiens favorables à l'Iran constituaient une menace «imminente» contre leur personnel, les Etats-Unis ont rappelé le 15 mai leurs diplomates non essentiels de leur ambassade à Bagdad et du consulat d'Erbil (nord).

Dimanche, le gouvernement irakien a critiqué une évacuation «temporaire» du personnel de la compagnie américaine ExxonMobil opérant sur le site pétrolier de West Qorna, dans le sud du pays. Selon lui, ce «retrait» est justifié par des «raisons politiques liées probablement aux tensions dans la région».

«Nous avons pour principe de ne pas donner de détails liés aux personnels dans nos installations», a indiqué une porte-parole d'ExxonMobil, interrogée par l'Agence France-Presse (AFP) aux Etats-Unis.

Comments

// 0.651672