ACTUALITÉSMoyen OrientIran Infos d’ALAHED:Iran: sayed Khamenei nomme un nouveau commandant en chef des Gardiens de la Révolution

Please Wait...

Iran: sayed Khamenei nomme un nouveau commandant en chef des Gardiens de la Révolution

folder_openIran access_time depuis 27 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le Leader de la Révolution islamique, sayed Ali Khamenei, a nommé dimanche un nouveau commandant en chef des Gardiens de la Révolution, ont annoncé les médias iraniens dirigés par la République islamique.

Le général Hossein Salami, âgé de 59 ans, remplace désormais le général Mohammad Ali Jafari, qui dirigeait l'organisation depuis plus de 11 ans.

La Garde révolutionnaire est une force distincte de l'armée iranienne qui supervise le programme de missiles balistiques du pays et gère ses propres opérations de renseignement.

Plus tôt ce mois-ci, les Etats-Unis ont placé les Gardiens de la Révolution sur leur liste noire des «organisations terroristes étrangères», un geste «sans précédent» dans une tentative de renforcer leur pression économique.

L'Iran a immédiatement dénoncé un «dangereux fiasco des Etats-Unis dans la région», et a riposté en affirmant considérer désormais le régime américain comme un «Etat parrain du terrorisme» et les forces américaines au Moyen-Orient comme des «groupes terroristes».

«Considérant vos capacités et votre expérience significative avec différentes responsabilités révolutionnaires (...) je vous promeus général de division et commandant en chef des Gardiens de la Révolution», a indiqué l'imam Khamenei dans un communiqué.

Sa nomination est motivée par la «nécessité de changement à la tête» des Gardiens de la Révolution, demandé par Mohammad Ali Jafari lui-même, selon sayed Khamenei.

L'idée de mettre plus clairement à l'index les «Pasdaran», armée spéciale créée en 1979 dans le but de protéger la Révolution islamique iranienne des menaces étrangères et intérieures, planait depuis l'arrivée du milliardaire républicain à la Maison Blanche.

En février, le général Salami avait averti l'Europe que son pays pourrait se retrouver contraint à augmenter la portée de ses missiles si certains pays, notamment européens, cherchent à «comploter» pour priver l'Iran de telles armes. «Si les Européens, ou quiconque, cherchent à comploter pour priver l'Iran de ses missiles nous serons contraints à un bond stratégique» en la matière, avait-il déclaré à la télévision d’État.

En octobre 2018, Hossein Salami avait estimé que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait «s'entraîner à nager dans la mer Méditerranée» car il pourrait, selon lui, être forcé à s'enfuir de l’entité sioniste, selon l'agence de presse Fars. «Ils (les Israéliens) ne constituent pas un niveau de menace élevé pour nous, le Hezbollah suffirait à les détruire», a-t-il déclaré.

Comments

// -0.202906