ŒIL SUR L'ENNEMI Infos d’ALAHED:Les Etats-Unis dévoilent la première carte d’«Israël» incluant le Golan syrien

Please Wait...

Les Etats-Unis dévoilent la première carte d’«Israël» incluant le Golan syrien

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

L’envoyé américain pour le Moyen-Orient a publié mardi une carte d'«Israël» avec de nouvelles modifications concernant les frontières de l’entité sioniste.

«Bienvenue aux toutes nouvelles modifications ajoutées sur notre système de cartographie international après la proclamation de la souveraineté israélienne sur le Plateau du Golan par @POTUS», a-t-il indiqué, faisant référence au compte Twitter du président américain Donald Trump.

Au nord de la carte publiée par les Etats-Unis, la région du Golan, située entre le Liban et la Syrie, apparaît en blanc, signifiant qu’elle fait officiellement partie des «frontières israéliennes».

Sur de nombreuses cartes internationales officielles, le plateau du Golan n’est pas reconnu comme étant «israélien». La légende «Golan annexé en 1981» est la plupart du temps apposée sur cette partie cartographiée.

Courant mars, en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le président américain a signé à la Maison Blanche le décret reconnaissant officiellement «la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan».

Plus tard, au cours d’entretiens avec des journalistes, Donald Trump a déclaré qu'il avait pris cette décision en raison de «la situation difficile» dans laquelle se trouve «Israël».

Le président des Etats-Unis a également affirmé qu'il «avait fait ce que chaque président avait promis à Israël et n'avait jamais entrepris: reconnaître le Golan et transférer l'ambassade [américaine] à Jérusalem (al-Qods occupée)».

Sur la nouvelle carte diffusée par Jason D. Greenblatt, une légende précise que «les Etats-Unis ont reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël en 2017 sans prendre position sur ses frontières spécifiques ou sur la souveraineté israélienne» dans la ville.

Ce mardi, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a affirmé au Parlement européen que «l'Union européenne refuse de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan» syrien, jugeant «dangereuse» la volonté de «modifier le tracé des frontières manu militari».

Comments

// 0.683268