Please Wait...

Le scrutin israélien vu de l’étranger: revue de presse des principaux quotidiens internationaux

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec i24NEWS

L’ensemble de la presse française et internationale titrait mardi sur les élections législatives en «Israël». La plupart des grands journaux internationaux ont publié des articles sur les enjeux de la campagne, notamment pour l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahou. 

La presse française

Dans la presse française, Libération, le Monde et le Figaro ont respectivement titré «Elections en Israël, Bibi or not Bibi», «Israël : la surenchère électorale de Netanyahou» et «Benjamin Netanyahou en lice pour un cinquième mandat».  

Sur la version en ligne de ces journaux, on pouvait lire des reportages et articles revenant sur les principaux aspects de la campagne.

L’article du Monde commence en rappelant que «pour la première fois, le Premier ministre a ouvertement dit que, s’il était reconduit, il organiserait l’annexion de territoires palestiniens en Cisjordanie, le grand projet de la droite religieuse messianique». 

Netanyahou avait indiqué samedi soir vouloir annexer les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée, une prise de position jugée «irresponsable» par son principal rival Benny Gantz de la liste centriste «Bleu Blanc», à deux jours d'élections législatives qui pourraient s'avérer serrées. 

Libération propose de son côté un reportage intitulé «de Sederot à Tel-Aviv, voyage dans un pays désuni».

«La tomate de la discorde. Début avril, le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, est venu prendre son habituel bain de foule dans un marché populaire de Tel-Aviv. Certes, les cris 'Bibi roi d’Israël' ont résonné fort. Mais une tomate a été jetée», écrit Guillaume Gendron.

Le Figaro choisit également de se concentrer sur l’actuel Premier ministre, soulignant que «jusqu’au bout de la campagne, il aura mobilisé ses électeurs pour décrocher un cinquième mandat de Premier ministre».

Le quotidien revient également sur ses «dernières réussites» à l’échelle internationale. 

«Le chef du gouvernement sortant a rendu visite le 4 avril à son 'ami' Vladimir Poutine qui lui a remis au cours d’une cérémonie à Moscou les effets personnels de Zachary Baumel» et «deux semaines avant le scrutin des législatives, le chef du gouvernement avait déjà reçu son cadeau américain. Donald Trump lui avait servi le plateau du Golan», souligne Thierry Oberlé. 

La presse américaine

Du côté américain, le New York Times titre «As Netanyahu Seeks Re-election, the Future of the West Bank Is Now on the Ballot» (Alors que Netanyahu cherche à être réélu, l'avenir de la Cisjordanie est désormais à l'ordre du jour).

«Les électeurs veulent-ils rendre permanent le contrôle de leur pays sur la Cisjordanie et ses 2,6 millions d’habitants palestiniens? Ou veulent-ils garder en vie la possibilité qu’un État palestinien soit créé un jour?», s'interroge David M. Halbfinger. 

Pour sa part, CNN propose mardi un article plus général «Israel votes today. Here's what you need to know» («Israël» vote aujourd'hui. Voici ce que vous devez savoir) après avoir publié dimanche une analyse intitulée «How Israel's political debate moved from peace talks to annexation» (Comment le débat politique israélien est passé des négociations de paix à l'annexion). 

«Netanyahou a nié les accusations (de corruption) et a cherché à tirer parti de ces enquêtes criminelles, les décrivant comme une chasse aux sorcières dirigée par l'élite des médias de gauche», relève Andrew Carey. 

«Un autre élément clé de la campagne de Netanyahou a été d'exploiter son statut d'homme d'État international et d'entretenir des relations étroites avec le président des États-Unis et le président de la Russie, qui étaient tout à fait prêts à lui rendre service au cours des dernières semaines», ajoute-t-il. 

Le Wall Street Journal porte un regard sur les petits partis de droite avec son titre «Netanyahu Takes Aim at Small Right-Wing Parties Siphoning Votes» (Netanyahou s'attaque aux petits partis d'extrême droite qui siphonnent des votes).

«Le Premier ministre Benjamin Netanyahou mène une lutte presque aussi féroce que sa campagne contre les petits partis de droite, illustrant les calculs complexes qui sous-tendent ses efforts de réélection», peut-on lire.

La presse européenne 

La BBC s'intéresse au record de longévité de l'actuel Premier ministre en cas de victoire, rappelant que «PM Netanyahu seeks record fifth term» (Le Premier ministre Netanyahou (est) en quête d'un cinquième mandat sans précédent).

«Le Premier ministre Benjamin Netanyahou, chef du parti de droite Likoud, est candidat à un cinquième mandat. Mais il fait face à des allégations de corruption et à un défi de taille avec le général à la retraite Benny Gantz», indique l'article.

Pour El Pais «Netanyahu se somete a un plebiscito en los comicios más reñidos en una década» (Netanyahou se soumet à un plébiscite lors des élections les plus serrées de la décennie). 

«Benjamin Netanyahou, oui ou non, telle est la question qui a été révélée par les sondages. (...) (Mais) les sondages accordent (également) un avantage pour la première fois depuis une décennie à un rival centriste, l'ancien général Benny Gantz, qui menace de mettre fin au long cycle de pouvoir du président conservateur», fait remarquer Juan Carlos Sanz. 

Dans la presse italienne, la Stampa est partie à la rencontre des colons des implantations israéliennes, notamment cette d'«Efrat»: «Nei territori che sognano l’annessione a Israele la sfida è tra Netanyahu e il generale Gantz» (Dans les territoires qui rêvent d'annexion, l'enjeu est entre Netanyahou et le général Gantz). 

«Le Likoud n'est pas le parti le plus populaire. Très peu d’affiches, alors que celles du parti de droite Zehout, dirigé par Moshe Feiglin, occupent une place importante», raconte le journaliste Giordano Stabile. 

Enfin, le quotidien allemand Spiegel online explique le déroulement des élections et le rôle du «Parlement israélien» dans son article «So wird die Knesset gewählt» (Voici comment la Knesset va être élue). 

«Les membres de la Knesset expriment leur confiance au Premier ministre et à ses ministres lors de leur entrée en fonction (mais) avec un vote de censure constructif, ils peuvent destituer le Premier ministre sortant», indique le quotidien.

Comments

//