ACTUALITÉSMoyen OrientMoyen Orient Infos d’ALAHED:Khashoggi: Riyad refuse une enquête internationale

Please Wait...

Khashoggi: Riyad refuse une enquête internationale

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

L'Arabie saoudite a réitéré jeudi devant l'ONU son refus d'autoriser une enquête internationale indépendante sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, en affirmant que son système judiciaire était «tout à fait capable de traduire les coupables en justice».

Bandar Al Aiban, qui dirige la commission des droits humains d'Arabie saoudite, a déclaré devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève que son pays prenait «toutes les mesures requises pour résoudre ce crime haineux».

Il a souligné que tous les appels lancés pour «internationaliser» l'enquête «reviennent à s'ingérer dans nos affaires intérieures».

M. Al Aiban est venu à Genève pour présenter les réponses de son pays aux recommandations formulées en novembre devant le Conseil lors de l'Examen périodique universel (EPU) de la situation des droits de l'homme en Arabie saoudite, au cours duquel Riyad avait été sévèrement critiqué à la suite du meurtre du journaliste, détracteur du prince héritier Mohammed ben Salmane.

La semaine dernière, 36 pays membres du Conseil des droits de l'homme ont publié à Genève une déclaration commune condamnant le royaume saoudien et exigeant une enquête «efficace, indépendante, impartiale et transparente» sur la disparition de Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre 2018 au consulat saoudien d'Istanbul. Les autorités saoudiennes avaient dans un premier temps affirmé ne pas savoir ce qu'il était devenu.  Elles ont depuis accusé des agents «incontrôlés» d'avoir tué le journaliste et le procès de 11 suspects s'est ouvert début janvier.

Le responsable a toutefois martelé que l'Arabie saoudite ne peut pas accepter les recommandations réclamant que des experts internationaux participent à l'enquête et supervisent le procès.

«L'Arabie saoudite est un pays souverain (...) Une telle demande signifie que la communauté internationale a des doutes sur l'intégrité de notre appareil judiciaire et sur l'indépendance de notre justice», a-t-il conclu.

Comments

// -0.062287