Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
France/Présidentielle: pour 66% des Français, le clivage droite-gauche est dépassé Lorsque le «poisson Nasrallah» occupe les rivages d’«Israël» ... et son esprit Trois terroristes de «Daech» éliminés... par des sangliers sauvages La Turquie pourrait revoir sa position sur l’UE, dit Erdogan Les attentats contre les églises visent l’unité des Egyptiens, dit le pape copte Brouille diplomatique entre Berlin et «Tel-Aviv» Yémen: des marcheurs «pour le pain» atteignent le port de Hodeida Irak: l’armée reprend un important quartier de Mossoul à «Daech» Référendum en Turquie: une haute cour rejette un recours de l’opposition Le mémorandum Russie-USA sur la prévention d’incidents aériens en Syrie ranimé Cri d’alarme du chef de l’ONU pour éviter la famine au Yémen «Daech» s’est excusé de l’armée israélienne pour l’avoir attaquée par erreur 100 jours après l’investiture, Trump au plus bas et rejette la faute sur les médias Pyongyang célèbre l’anniversaire de l’armée par un exercice militaire Espagne: vaste opération antiterroriste près de Barcelone, 12 perquisitions France/Présidentielle 2017: Le Pen en congé de la présidence du FN pour mener campagne Solidarité avec les 1500 grévistes: Georges Abdallah a lancé une grève de plateau de trois jours Attaque chimique en Syrie: les USA introduisent des sanctions au lieu de mener une enquête Theresa May prête à effectuer une frappe nucléaire «initiale préventive» Syrie: 300 terroristes éliminés dans la province de Hama Accusée d’avoir une «préférence» pour Le Pen, la Russie répète qu’elle ne soutient aucun candidat Présidentielle française: Damas espère un changement de la politique française Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’objectivité et les méthodes de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques lors de l’enquête sur l’attaque chimique présumée en Syrie et la frappe américaine contre une base aérienne qui a suivi suscitent de nombreuses questions.

Attaque chimique en Syrie: un sénateur russe met en doute l’objectivité de l’OIAC.

Konstantin Kossatchev, président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), estime que l'attitude de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) suscite de nombreuses questions.

«Normalement, il ne doit pas y avoir de doutes eu égard à l'objectivité de l'OIAC et à la fiabilité de ses méthodes: c'est (une institution de) l'Onu. Mais, hélas, des questions demeurent à ce sujet. Ainsi, les deux groupes de travail de l'OIAC sur la Syrie sont dirigés par des Britanniques. Pourquoi?», s'interroge le sénateur via Facebook.

Selon lui, les méthodes de l'enquête ne sont pas, elles non plus, irréprochables.

«Les prélèvements sont étudiés quelque part en Turquie. Comment, quand et où les échantillons sont prélevés et dans quels laboratoires sont-ils étudiés? L'opinion publique est tenue dans l'ignorance à ce sujet. Les experts refusent de se rendre sur place», signale M. Kossatchev.

Selon lui, une équipe internationale d'experts devrait être déployée sur les lieux des attaques chimiques présumées pour y étudier les prélèvements.

«À présent, alors que des missiles ont été tirés sans attendre les résultats d'une enquête objective, la résistance à toute enquête objective ira croissant. Car tout témoignage contre la version principale attribuant aux autorités syriennes la responsabilité de l'attaque chimique d'Idlib se transforme automatiquement en acte d'accusation contre les États-Unis, ce qui est grave», conclut le sénateur.

Ajoutons à ce sujet que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré samedi à l'issue d'une rencontre avec son homologue qatari que Moscou insisterait, au sein de l'OIAC et du Conseil de sécurité de l'Onu, sur l'envoi d'inspecteurs sur les lieux des incidents à Idlib et sur la base aérienne d’al-Chaayrate.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Des pays occidentaux et la soi-disant «opposition syrienne» en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Source: agences et rédaction

15-04-2017 | 12:44
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut