Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Choléra au Yémen: 315 morts, 29.300 cas suspects L’armée tunisienne met en garde contre le blocage des sites pétroliers La victoire de Rohani, mauvaise nouvelle pour Trump et ses alliés, selon Fisk Recep Tayyip Erdogan réélu à la tête de l’AKP, le parti au pouvoir «Israël» préoccupé par le contrat d’armements américano-saoudien Zarif: Trump veut «pomper» l’argent de l’Arabie saoudite Quels sont les investissements financiers et militaires de Trump en Arabie? Présidentielle iranienne: Rohani réélu dès le premier tour Empreinte US: Macron et Philippe, «Young Leaders» de la French-American Foundation Choléra au Yémen: près de 23.500 cas, 242 morts en trois semaines L’Onu craint un retour prochain de terroristes en Europe Venezuela: «Retire tes mains sales d’ici, Trump», lance Maduro Syrie: Les derniers hommes armés s’apprêtent à quitter Homs Tunisie: limogeage de la présidente de la commission chargée des filières terroristes Le président sortant Hassan Rohani en tête de l’élection iranienne Irak: une double explosion frappe Bagdad, plusieurs morts et blessés Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ŒIL SUR L'ENNEMI

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La loi israélienne adoptée lundi et favorisant l'expropriation de terres palestiniennes a été condamnée mardi par l'ONU et par la France. L'administration de Donald Trump est restée silencieuse.

Adoption d'une loi pro-colonies en «Israël» : «une ligne rouge est franchie» prévient l'ONU

La nouvelle loi israélienne en faveur des colons viole la législation internationale, a estimé mardi 7 février le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Il a dit regretter «profondément» l'adoption de cette loi, qui permet à «Israël» de s'approprier de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie occupée. Elle «est en infraction avec la loi internationale et aura d'importantes conséquences juridiques pour Israël», a-t-il ajouté, alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a prévu de discuter des colonies israéliennes le 15 février.

«C'est une ligne rouge très épaisse qui est franchie»

Le représentant de l'ONU pour la «paix» entre Israéliens et Palestiniens a estimé que cette nouvelle loi franchissait une «ligne rouge très épaisse» sur la voie d'une annexion de la Cisjordanie occupée.

«C'est la première fois que la Knesset légifère dans les terres palestiniennes occupées, en particulier sur des questions de propriété», a déclaré à l'AFP Nickolay Mladenov, coordinateur spécial de l'ONU pour le soi-disant «processus de paix». «C'est une ligne rouge très épaisse qui est franchie», a-t-il ajouté.

La loi «ouvre potentiellement la voie à une annexion complète de la Cisjordanie», a-t-il affirmé.

Il a évoqué la possibilité que la loi expose «Israël» à des poursuites de la part de la Cour pénale internationale.

Nickolay Mladenov a appelé à une ferme condamnation internationale, mais s'est gardé de critiquer l'administration Trump, qui garde ses distances sur la colonisation israélienne.

En revanche, de façon tout à fait inhabituelle, les États-Unis n'ont pas fait de commentaire. «L'administration Trump se gardera de commenter (la loi) avant toute décision de justice», a dit un responsable du département d'État.

Dans un communiqué diffusé de Bruxelles mardi soir, la porte-parole de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini a jugé que cette loi franchissait un «seuil nouveau et dangereux».

«Si elle venait à être appliquée, cette loi enracinerait une occupation et un conflit perpétuels», a-t-elle ajouté.

Condamnation de la France

Un peu plus tôt dans la journée, c’est le chef de l’État français, François Hollande qui a condamné ce texte. «Cette loi est contraire au droit international», a-t-il lancé lors d'une déclaration conjointe avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, invité à l'Élysée.

«Je veux croire qu'Israël et son gouvernement peuvent revenir sur ce texte et peuvent reculer», a-t-il ajouté, s’alarmant d’une «accélération des colonisations».

L’Organisation de libération de la Palestine (l’OLP) a de son côté accusé le Parlement israélien d’avoir bel et bien «légalisé le vol».

«Alors que des milliers de Palestiniens dans Gaza assiégée sont terrorisés par les bombardements israéliens, le parlement israélien vient d’approuver une loi destinée à légaliser le vol de terres palestiniennes. Le pillage est illégal. Toutes les colonies israéliennes en Palestine occupée sont illégales et constituent un crime de guerre quelle que soit la loi adoptée par le Parlement israélien ou toute décision prise par un juge israélien», peut-on encore lire dans ce communiqué.

Source : agences et rédaction

08-02-2017 | 08:20
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut