Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'étude qui vient d’être publiée par le Jane’s Terrorism & Insurgency Centre est des plus instructives. Elle montre que «Daech», contrairement aux apparences, est de plus en plus meurtrier, et que 2016 a été son année la plus sanglante. Au micro d'Europe1, la chronique du rédacteur-en-chef international du JDD, François Clemenceau.

Chaque année, l’institut de recherches militaires et stratégiques Jane's publie un rapport des violences dans le monde. Son chapitre pour 2016 sur le terrorisme est très révélateur puisque c’est l’année des offensives sur l'«Etat islamique», que ce soit en Syrie sur Palmyre ou en Irak sur Mossoul.

D’abord, un chiffre pour mesurer l’importance du conflit irako-syrien : 45% des attaques menées dans le monde se sont concentrées sur les seuls fronts de l’Irak et de la Syrie. Et à l’échelle du monde, les seules attaques ou attentats menés par «Daech» ont causé la mort de 39% des victimes civiles de conflits, c’est-à-dire exactement 10.807 civils tués. Ce chiffre est minimal, il ne retient que les décès vérifiés.

90% des victimes de «Daech» sont des civils musulmans qui vivent en Irak, en Syrie ou en Turquie

Ce qui revient à dire, compte tenu des attentats qui ont ensanglanté la France, l’Allemagne ou les États-Unis et qui ont fait moins de 1.000 morts, que 90% des victimes de «Daech» sont des civils musulmans qui vivent en Irak, en Syrie ou en Turquie. Autrement dit, plus «Daech» recule sur le terrain, plus il se livre à des attentats à l'intérieur comme à l’extérieur des territoires qu’il défend. Notamment en Turquie, où le nombre d’attaques militaires et terroristes a plus que doublé par rapport à 2015.

Les auteurs du rapport estiment que «Daech» ne va pas disparaitre avec la perte des villes qu’il contrôlait depuis 2014. En fait, soit cette organisation s’éparpille en conservant des moyens mobiles qui lui permettent de continuer à semer la mort, soit l’«Etat islamique» est remplacé dans son activité terroriste par d’autres organisations comme s’il y a avait un vide à combler.

C’est le cas pour «Fatah al Sham», l’ancien «Front al Nosra» en Syrie affilié à «Al-Qaïda», et dont le nombre d’attaques a augmenté de 20% en 2016 en Syrie. Les experts de Jane’s estiment également que «Daech» est capable de se sanctuariser ailleurs. Malgré son échec en Libye, l’«Etat islamique» pourrait ainsi changer complètement de direction et établir un califat en Asie du Sud-Est, au Pakistan, en Afghanistan, en Inde ou au Bangladesh, autant de pays où des cellules sont déjà activées et opérationnelles.

La menace ne s'éradique pas, elle se déplace

Ce qui signifie que la menace ne s'éradique pas, elle se déplace. C’est encore trop tôt pour le dire, mais on voit bien comment «Al-Qaïda» s’est fait déloger d’Afghanistan en 2002 et qu'il a fallu ensuite attendre huit ans pour que son chef Oussama ben Laden soit tué en 2010 au Pakistan. Le «djihadisme» ne réagit pas comme un État qui capitule après une défaite.

Le fait que ce soit un acteur non-étatique, bien que «Daech» ait voulu s’implanter en tant que tel, lui permet d’être mobile, de recruter sur pratiquement tous les continents et de bâtir ce que le ministre français de la Défense appelle une force «militaro-terroriste». Lorsque sa composante militaire est défaite sur le terrain, l’autre composante terroriste continue de frapper de façon asymétrique. Cela ne veut pas dire qu’il est vain de la combattre, mais qu’on ne peut s’y opposer durablement qu’avec une forme de résilience morale au plus haut niveau.

Source : lejdd.fr

25-01-2017 | 15:08
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut