Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

A l’heure de l’investiture de Donald Trump, la grande presse présente cette passation de pouvoir comme un tremblement de terre dans les relations internationales. À en croire les principaux médias français, une ère de paix et d’harmonie se referme pour s’ouvrir sur une phase de tensions et de conflits.

Barack Obama n’a pas été le président pacifiste que décrit la presse française

Pourtant, que l’on juge le mandat d’Obama sur le nombre de bombes larguées (50,000 rien qu’en 2015 et en 2016), sur le nombre de pays bombardés (7), sur la quantité d’armes vendues (278 milliards de dollars), sur le nombre de pays dans lesquels sont stationnées des troupes américaines (138) ce n’est pas l’adjectif «pacifique» qui vient spontanément à l’esprit pour qualifier le mandat d’Obama…

Barack Obama a été élu sur des promesses, sinon pacifistes, du moins indéniablement pacifiques. Pourfendeur de la guerre d’Irak qu’il qualifiait de «guerre imbécile, guerre irréfléchie», il promettait d’être le «Président de la paix». Critique de la stratégie belliqueuse de George W. Bush, il s’était engagé à retirer les soldats américains d’Irak et d’Afghanistan. C’était, il faut le dire, une perspective largement partagée par l’establishment américain.

La politique de George W. Bush, si lucrative fût-elle durant quelques années pour le complexe militaro-industriel et les multinationales, menaçait la stabilité de leurs profits sur le long terme. La stratégie agressive et expansionniste du Président américain, ouvertement hostile au droit international, ne pouvait fonctionner que sur le court terme. Dans Foreign Affairs, magazine édité par le Département d’Etat Américain, plusieurs hauts responsables se sont élevés contre la «grande stratégie impériale» de George W. Bush ; non que l’impérialisme fût une mauvaise chose, mais une stratégie ouvertement impériale menaçait la stabilité de l’hégémonie américaine.

Il faut dire que la propagande bushiste était grossière. Plus les années passaient, et plus il devenait difficile d’adhérer à la fable de la guerre destinée à «libérer le peuple irakien» de son tyran et le monde des «armes de destruction massive». Tandis que les multinationales s’implantaient en Irak sur les cadavres de centaines de milliers de victimes civiles, George W. Bush justifiait les pertes humaines au nom des «droits de l’homme» tout en affichant son amitié avec le prince Bandar al-Saoud, héritier du royaume d’Arabie Saoudite. Grosses ficelles ; l’illégitimité des guerres américaines était criante, leur caractère impérial flagrant.

Conséquence: les Etats-Unis atteignaient des records d’impopularité dans le monde entier. En Amérique latine par exemple, plus de 90% de la population désapprouvait l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis. Il est indéniable que l’arrogance du pouvoir américain a donné un coup de fouet aux mouvements anti-impérialistes latino-américains ; comme le remarquait avec une pointe d’humour le président d’Equateur Rafael Correa, cette politique ouvertement impérialiste a favorisé l’émergence d’un nombre considérables de gouvernements de gauche, hostiles pour la plupart aux Etats-Unis.

La politique de cow-boy menée par Bush et son entourage menaçait à terme les intérêts de l’Empire américain. Le candidat Obama, lui, était présentable, intelligent, critique de la grossière stratégie de George W. Bush… sans pour autant remettre en cause le principe de l’interventionnisme américain.

Changement de politique ou changement de stratégie ?

Les réflexes néoconservateurs n’ont pas disparu. L’expédition libyenne menée par les forces de l’OTAN avec la participation américaine, qui a grossièrement violé la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, en est la preuve. De même, Barack Obama n’a pas abandonné la stratégie brutale de la «guerre contre le terrorisme» initiée par George Bush, consistant à bombarder hors de tout cadre légal des zones considérées comme «terroristes», souvent sans s’interroger sur les conséquences dramatiques pour les civils. Les bombardements de drones ont même été multipliés par neuf sous Barack Obama par rapport à la présidence Bush. Un réel changement est néanmoins à noter. Barack Obama, qui a retenu les leçons des interventions afghane et irakienne, a tout fait pour éviter d’embourber l’armée américaine dans un autre conflit au Moyen-Orient. Contrairement à la volonté des néoconservateurs américains, il n’est pas intervenu en Syrie pour renverser le régime de Bachar al-Assad. Il n’a pas réitéré les erreurs grotesques de la «grande stratégie impériale» de George W. Bush. Plutôt que l’intervention ouverte, la voie des financements et des livraisons d’armes a été choisie. En collaboration avec le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie, les Etats-Unis ont livré des armes aux «rebelles» syriens.

Il est impossible à l’heure actuelle de connaître le montant de ces financements, l’ampleur de ces livraisons d’armes, l’influence qu’elles ont eues sur le terrain et les raisons qui les ont motivées. Quoi qu’il en soit, il est indéniable que Barack Obama, en rejetant par exemple la possibilité d’imposer un embargo sur les armes en Syrie, a contribué […] à l’émergence d’une Internationale «Djihadiste» dont l’«Etat Islamique» n’est que la pointe avancée. Les 115 milliards de dollars d’armes vendus à l’Arabie Saoudite par l’administration Obama n’ont pas non plus contribué à pacifier la région…

Discours pacifiques, économie de guerre

Il est difficile de trouver une cohérence à la «doctrine Obama». Contrairement à George W. Bush qui avait une vision clairement impériale des relations internationales, Barack Obama a semblé tâtonner et naviguer au gré des intérêts, des circonstances et de la santé de l’économie américaine. La «grande stratégie impériale» messianique a fait place à la gestion du système économique américain. Or, celui-ci est structurellement impérialiste. La conduite de la politique étrangère américaine est intimement liée aux multinationales qui produisent des armes (General Dynamics, Lockheed Martin ou Raytheon) et au système financier américain, dont les représentants contrôlent les conseils d’administration des multinationales. Ce «complexe militaro-industriel» ne saurait exister s’il n’écoule pas régulièrement sa production ; en d’autres termes, le complexe militaro-industriel (et l’économie américaine, qui lui est liée) réalise de hauts profits seulement s’il parvient à vendre massivement des armes. Il faut dire que sur ce point précis, Barack Obama a été un bien meilleur client que George W. Bush.

Pendant les huit années de présidence de Barack Obama, la quantité d’armes vendue par le gouvernement américain a doublé par rapport aux deux mandats de George W. Bush. Ce sont en tout et pour tout 278 milliards de dollars d’armes qui ont été vendus par le Pentagone à des pays alliés des Etats-Unis.

Traditionnellement, la proportion d’armes vendues par le gouvernement américain oscille entre le tiers et la moitié de la totalité des armes vendues dans le monde entier. Cette proportion a connu une hausse drastique sous Barack Obama. En 2011, plus des trois quarts des armes vendues dans le monde l’avaient été par le Pentagone.

Barack Obama a plaidé à de nombreuses reprises en faveur d’une limitation de l’usage des forces armées; il s’est montré incontestablement moins interventionniste que son prédécesseur. Il porte toutefois une lourde responsabilité dans les guerres menées par ses alliés et meilleurs acheteurs, comme l’Arabie Saoudite qui bombarde actuellement le Yémen.

Désengagement du Moyen-Orient, militarisation du monde

Conformément à ses promesses, Barack Obama a progressivement retiré les troupes américaines d’Irak et d’Afghanistan. En revanche, la présence militaire américaine s’est considérablement accrue dans les autres régions du monde. Barack Obama a approfondi le processus de militarisation de l’Europe de l’Est entamé sous le premier président Bush en y déployant des milliers de soldats américains dans le cadre de l’OTAN et des armes lourdes incluant des chars d’assaut. Il s’agit du déploiement de troupes américaines en Europe le plus massif depuis la Chute du Mur. Sur le continent africain, les troupes américaines appuient différents gouvernements dans leur lutte contre des groupes séparatistes.

Mais c’est incontestablement en Asie du Sud-Est que la militarisation a été la plus accrue. Dans le cadre de sa stratégie du «pivot» vers la Chine annoncée en 2011, Barack Obama a entamé un déploiement de troupes dans les pays alliés des Etats-Unis à proximité de la frontière chinoise. Le transfert de deux tiers de la flotte américaine dans cette région est prévu à l’horizon 2020. Actuellement, ce sont plus de 400 bases militaires américaine qui sont présentes à proximité de la Chine dans les pays alliés des Etats-Unis comme l’Australie, le Japon, la Corée du Sud, l’Inde ou l’Afghanistan ; elles accueillent régulièrement des exercices militaires américains, souvent considérés comme des provocations par le pouvoir chinois. Au total, la présence militaire américaine s’est accrue de 130% dans le monde depuis la présidence Bush ; des troupes américaines sont actuellement présentes dans 138 pays.

«Historique», le rapprochement des Etats-Unis avec Cuba ? Au-delà des grands symboles, comme la poignée de main entre Raul Castro et Barack Obama, aucune mesure concrète, ou presque, n’a été prise par l’administration Obama pour lever le blocus cubain. À l’heure actuelle, Cuba subit encore l’embargo américain. Au début de l’année, 2016, Barack Obama avait signé un document confirmant le maintien du blocus et renvoyant à l’année suivante la poursuite des négociations ; c’est-à-dire à l’époque où il ne sera plus président. Le dernier décret en politique étrangère pris par l’administration concerne Cuba et le Venezuela : les gouvernements socialistes sont considérés comme une «menace» pour la sécurité des Etats-Unis. Cela signifie que ces pays sont passibles d’un durcissement des sanctions de la part des Etats-Unis.

Source : le vent se lève

24-01-2017 | 15:51
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut