Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
Fil d'infos
Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
#Pays_Bas: le gouvernement juge «indésirable» un meeting pro-#Erdogan

Le gouvernement néerlandais a jugé vendredi soir «indésirable» la tenue prévue le 11 mars d'un meeting politique de soutien au président turc Recep Tayyip Erdogan à Rotterdam, sans préciser à ce stade s'il pourrait avoir lieu.

L'annonce intervient alors qu'Ankara et Berlin se sont vivement accrochés dans la journée au sujet d'une série d'annulations de rassemblements similaires en Allemagne.

«Le gouvernement a reçu aujourd'hui la confirmation de la Turquie qu'un évènement de campagne est en préparation aux Pays-Bas» le 11 mars, a indiqué le Premier ministre Mark Rutte sur sa page Facebook. «Nous n'allons pas collaborer (à un tel événement) car nous estimons que cela est indésirable», a-t-il ajouté.

«Nous sommes d'avis que l'espace public néerlandais n'est pas l'endroit où mener la campagne politique d'un autre pays», a-t-il souligné.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a ajouté qu'il allait «transmettre la position (de La Haye) au gouvernement turc».

Plus tôt dans la journée, le président d'une association politique turco-néerlandaise avait annoncé que le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu serait présent à une marche à Rotterdam, dans l'espoir de convaincre les centaines de milliers de Turcs habitant dans le pays de voter oui lors d'un référendum le 16 avril sur une réforme constitutionnelle renforçant les pouvoirs d’Erdogan.

Jeudi et vendredi, trois meetings similaires avaient été annulés en Allemagne, provoquant l'ire du président turc.

Très remonté, il a accusé l'Allemagne d'annuler ces meetings, mais de tolérer la présence sur son territoire de séparatistes kurdes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une «organisation terroriste» par Ankara et ses alliés occidentaux.

Erdogan est accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire, notamment depuis le putsch avorté de juillet. Après le coup de force, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent: plus de 43.000 personnes ont été incarcérées et plus de 100.000 limogées ou suspendues.

Source: agences

04-03-2017 | 13:47

Le Flash

Recherche
Vers le haut