Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
La rébellion en Syrie est devenue un massacre, et il est impératif d'y mettre fin par l'entremise de pourparlers entre le gouvernement et l'opposition, a soutenu jeudi le président russe.

"Ce qui se passe est un massacre, un désastre, une catastrophe. Cela doit être arrêté", a lancé Vladimir Poutine dans une entrevue accordée à la télévision allemande.


"Je pense qu'il faut obtenir l'arrêt immédiat des hostilités, un cessez-le-feu bilatéral, et cesser les livraisons d'armes. On ne cesse de nous dire, la Russie fournit des armes à Assad. Mais tout d'abord, il n'est pas interdit de livrer des armes aux gouvernements légitimes en place. Et ensuite, rien que par les aéroports limitrophes de la Syrie, comme le rapporte la presse américaine, notamment le New York Times sans doute, l'opposition a reçu, ces derniers temps, 3.500 tonnes d'armements et de munitions. Voilà ce qu'il faut arrêter", a indiqué M. Poutine à la chaîne de télévision ARD.   
 
"Nous ne croyons pas qu'Assad devrait partir aujourd'hui, comme nos partenaires le suggèrent", a-t-il exposé.
Il a ajouté que des négociations de paix devraient déterminer quel sera l'avenir de la Syrie et permettre aux parties d'en retirer des garanties. Et Moscou ne souhaite pas que la Syrie se retrouve dans la même situation que des pays comme la Libye, l'Irak et le Yémen.

"Par conséquent, nous pensons qu'il est nécessaire de ramener tout le monde à la table de négociations afin que toutes les parties puissent en arriver à une entente", a précisé le président Poutine. Il a rappelé les accords de Genève et déploré que les partenaires occidentaux les aient oubliés. "Il faut s'appliquer à rechercher de nouvelles solutions mutuellement acceptables", a conclu M.Vladimir Poutine.

Poutine prêt à soutenir des idées du président français


La Russie est prête à soutenir des propositions du président français François Hollande concernant le règlement de la situation en Syrie, mais il faut les examiner au niveau diplomatique, a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine.
"Nous avons récemment accueilli le président français François Hollande. Il a exprimé plusieurs idées tout à fait réalistes, mais les diplomates doivent les examiner. Nous sommes prêts à les soutenir. Il faut essayer de les mettre en pratique", a indiqué M.Poutine à la chaîne de télévision allemande ARD.

La Russie fait confiance à la politique économique de l'UE


La Russie fait confiance à la politique économique des pays européens et soutient les mesures prises par la Commission européenne, a-t-il ajouté. "Nous faisons confiance à l'euro, à la politique économique des Grands européens et avant tout à la politique économique des dirigeants allemands", a indiqué M.Poutine.
"Cela nous rassure, nous avons bien fait d'avoir réuni une grande partie de nos réserves de change en euros. Je suis persuadé que si les tendances actuelles se maintiennent, nos collègues et amis européens surmonteront les difficultés présentes", a conclu M.Poutine.

La Russie poursuivra son développement démocratique


La démocratie est le seul vecteur de développement possible pour la Russie, mais ses normes ne peuvent pas être les mêmes pour tous les pays, a-t-il également affirmé.  
"Nous devons élaborer des instruments reposant sur les principes démocratiques fondamentaux qui permettraient à la majorité écrasante de nos citoyens d'influer sur la politique intérieure et extérieure. Dans le même temps, il faut que cette majorité respecte la position de ceux qui sont moins nombreux et la prenne en considération", a ajouté le président russe.
"Mais il est déjà évident que la Russie avance sur cette voie. Il suffit de comparer la situation en Union soviétique et dans la Russie moderne, de voir la croissance économique actuelle, le développement de la vie politique et de tout ce qui est lié au pouvoir du peuple. La différence est colossale", a poursuivi le président.

Sources: agences

06-04-2013 | 12:50
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut