noscript

Please Wait...

«Israël» en crise, plus de deux millions de personnes en insécurité alimentaire en 2022

«Israël» en crise, plus de deux millions de personnes en insécurité alimentaire en 2022
folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

La pauvreté secoue l’entité sioniste, au su et au vu d’un «gouvernement israélien» fainéant. A l'approche du Nouvel An juif «Roch Hachana», l'organisation israélienne «Latet» a publié un bilan de l'insécurité alimentaire en «Israël»: Selon les données, 680 475 familles vivent en insécurité alimentaire, soit plus d'un cinquième de l'ensemble des familles en Entité israélienne. Parmi elles, 312 825 familles (9,7%) vivent en insécurité alimentaire sévère.

La situation des enfants est particulièrement difficile. 1 084 251 enfants sont en insécurité alimentaire, soit environ un tiers des enfants israéliens, dont 601 058 (19,1%) sont en insécurité alimentaire sévère.

Au total, plus de deux millions de personnes vivront en insécurité alimentaire en 2022 selon les estimations.

Par rapport à la dernière inspection effectuée par l'organisation en août 2021, on peut constater que les chiffres de l'insécurité alimentaire restent élevés et sans changements significatifs.

«Il est impossible d'ignorer une réalité dans laquelle plus d'un million d'enfants vivent dans l'insécurité alimentaire», a déclaré Eran Weintraub, PDG de «Latet».

«La hausse des prix des produits alimentaires et de consommation, de l'électricité et la hausse des taux d'intérêt dans l'économie - érodent davantage les classes les plus faibles. Sans une réponse systémique au coût de la vie et un plan gouvernemental pour réduire la pauvreté, nous prévoyons que la situation des familles vivant dans une grave insécurité alimentaire s'aggravera, et d'autres familles pourraient expérimenter des difficultés économiques», a-t-il dit.

Il y a quelques mois, le «ministère israélien des Affaires sociales» a annoncé qu'il étendrait le «projet de sécurité alimentaire» à 20 000 familles supplémentaires, le portant à un total de plus de 40 000 familles: mais l'écart reste encore important.

«Le gouvernement sortant a partiellement reconnu le phénomène, lorsqu'il a alloué pour la première fois un financement dans le budget de l'État d'un montant de 46 millions de shekels et a augmenté l'aide totale sur le terrain à environ 150 millions de shekels», a expliqué Weintraub. «Cependant, pour le moment, c'est une goutte d'eau dans l'océan. Plus de quatre milliards de shekels sont nécessaires, et en plus, la société n'a pas le pouvoir de résoudre le problème, c'est le rôle de l'État».

Comments

//