noscript

Please Wait...

Une Saoudienne condamnée à 34 ans de prison pour avoir utilisé Twitter

Une Saoudienne condamnée à 34 ans de prison pour avoir utilisé Twitter
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Une étudiante saoudienne de l’université de Leeds qui était rentrée dans le royaume pour des vacances a été condamnée à 34 ans de prison pour avoir un compte Twitter et pour avoir suivi et retweeté des dissidents et des militants saoudiens.

La condamnation par le tribunal spécial antiterroriste saoudien a été prononcée des semaines après la visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite, qui, selon les militants des droits de l’homme, pourrait encourager le royaume à intensifier sa répression contre les dissidents et autres militants pro-démocratie.

L’affaire marque également le dernier exemple de la façon dont le prince héritier Mohammed ben Salmane a ciblé les utilisateurs de Twitter dans sa campagne de répression, tout en contrôlant simultanément une participation indirecte majeure dans la société américaine de médias sociaux par le biais du fonds souverain saoudien, le Fonds d’investissement public (PIF).

Salma al-Shehab, 34 ans, mère de deux jeunes enfants, a été initialement condamnée à trois ans de prison pour le «crime» d’avoir utilisé un site Internet pour «provoquer des troubles publics et déstabiliser la sécurité civile et nationale». Mais une cour d’appel a prononcé lundi la nouvelle peine – 34 ans de prison suivis d’une interdiction de voyager de 34 ans – après qu’un procureur a demandé au tribunal d’examiner d’autres crimes présumés.

Selon une traduction des archives judiciaires, qui ont été consultées par le Guardian, les nouvelles accusations incluent l’allégation selon laquelle Mme Shehab «aidait ceux qui cherchent à provoquer des troubles publics et à déstabiliser la sécurité civile et nationale en suivant leurs comptes Twitter» et en retweetant leurs tweets.

On pense que Mme Shehab pourrait encore être en mesure de demander un nouvel appel dans cette affaire.

Au dire de tous, Mme Shehab n’était pas une activiste saoudienne de premier plan, que ce soit à l’intérieur du royaume ou au Royaume-Uni.

Elle s’est décrite sur Instagram – où elle comptait 159 abonnés – comme hygiéniste dentaire, éducatrice en médecine, doctorante à l’Université de Leeds et chargée de cours à l’Université Princess Nourah bint Abdulrahman, et comme épouse et mère de ses fils, Noah et Adam.

Son profil Twitter a montré qu’elle avait 2 597 abonnés.

Parmi les tweets sur le burn-out du Covid et les photos de ses jeunes enfants, Mme Shehab a parfois retweeté des tweets de dissidents saoudiens vivant en exil, qui appelaient à la libération des prisonniers politiques du royaume.

Elle semblait soutenir le cas de Loujain al-Hathloul, une éminente militante féministe saoudienne qui a déjà été emprisonnée, aurait été torturée pour avoir soutenu le droit de conduire des femmes et vit désormais sous le coup d’une interdiction de voyager.

Une personne qui connaissait Mme Shehab a dit qu'elle ne supportait pas l'injustice.

Elle a été décrite comme bien éduquée et une lectrice avide qui était arrivée au Royaume-Uni en 2018 ou 2019 pour poursuivre son doctorat à Leeds.

Elle était rentrée chez elle en Arabie saoudite en décembre 2020 en vacances et avait l'intention de ramener avec elle ses deux enfants et son mari au Royaume-Uni.

Elle a ensuite été convoquée pour un interrogatoire par les autorités saoudiennes et finalement arrêtée et jugée pour ses tweets.

Une source qui a suivi son affaire a déclaré que Mme Shehab avait parfois été détenue à l'isolement et avait cherché pendant son procès à dire en privé au juge quelque chose sur la façon dont elle avait été traitée, ce qu'elle ne voulait pas dire devant son père.

Elle n'a pas été autorisée à communiquer le message au juge, a déclaré la source.

Le verdict d'appel a été signé par trois juges mais les signatures étaient illisibles.

Twitter a refusé de commenter l'affaire et n'a pas répondu aux questions spécifiques sur l'influence – le cas échéant – de l'Arabie saoudite sur l'entreprise.

L'Organisation européenne saoudienne des droits de l'homme a condamné la peine de Mme Shehab, qui, selon elle, était la plus longue peine de prison jamais infligée à un militant.

Il a noté que de nombreuses militantes ont été soumises à des procès inéquitables qui ont abouti à des condamnations arbitraires et ont été soumises à de «graves tortures», y compris du harcèlement sexuel.

Bien que l'affaire n'ait pas reçu une large attention, le Washington Post a publié mardi un éditorial cinglant sur le traitement réservé par l'Arabie saoudite à l'étudiante de Leeds et a déclaré que son cas montrait que les «engagements» que le président américain avait reçus sur les «réformes» étaient «une farce».

Comments

//