noscript

Please Wait...

Les États-Unis suggèrent des liens possibles entre «Israël» et des pays arabes

Les États-Unis suggèrent des liens possibles entre «Israël» et des pays arabes
folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Une haute diplomate américaine a laissé entendre, mercredi 22 juin, qu’un plus grand nombre de pays arabes pourraient prendre des initiatives en faveur de l’amélioration des liens avec «Israël» alors que le président Joe Biden s’apprête à visiter la région, le mois prochain.

Du 13 au 16 juillet, Biden se rendra en «Israël», en Cisjordanie occupée et à une rencontre régionale en Arabe saoudite.

Au-delà des pays arabes qui ont déjà normalisé leurs relations avec «Israël» dans le cadre des «accords d’Abraham» parrainés en 2020 par l’ex-président américain, «nous travaillons en coulisses avec quelques autres pays», a déclaré la responsable de la diplomatie américaine pour le Moyen-Orient Barbara Leaf lors d’une audition parlementaire.

«Et je pense que vous verrez des choses intéressantes autour de la visite du président», attendu en «Israël» et en Arabie saoudite, a-t-elle ajouté.

A Jeddah, dans le royaume saoudien, le dirigeant démocrate doit notamment participer à un sommet des pays du Golfe.

Priée de préciser la teneur de ces avancées, Barbara Leaf n’a pas dit s’il s’agirait de la pleine reconnaissance par de nouveaux Etats, ou de progrès plus modestes dans cette direction. Elle n’a pas non plus révélé de quels pays il pourrait s’agir.

«Je ne veux vraiment pas marcher sur les plates-bandes du président», a-t-elle justifié.

Les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc étaient devenus, en 2020, les premiers pays arabes à normaliser leurs relations avec «Israël» depuis des décennies dans le cadre des «Accords d’Abraham» – des Accords que Trump devait considérer comme la plus grande réussite de son mandat en matière de politique étrangère.

 

Leaf a indiqué que la relation unissant «Israël» et les États-Unis était «florissante» mais que l’administration Biden voulait aussi encourager une coopération plus large.

De plus, mercredi, le site d’information Axios a fait savoir que la Maison Blanche travaillait «sur une feuille de route pour la normalisation» entre «Israël» et l’Arabie saoudite. Un plan qui a été révélé pendant une réunion avec des experts, la semaine dernière, ont indiqué quatre sources différentes proches du dossier.

Peu de détails supplémentaires ont été révélés aux personnes présentes mais les officiels américains ont clairement établi qu’un accord entre «Israël» et l’Arabie saoudite ne serait probablement pas conclu pendant le séjour de Biden au Moyen-Orient.

Une autre source a indiqué à Axios que l’administration Biden s’était investie dans un processus graduel qui prendrait du temps.

Un haut responsable israélien a déclaré au site d’information que si aucune avancée majeure ne se ferait pendant le voyage de Biden, un accord plus modeste portant sur une autorisation donnée aux transporteurs israéliens d’emprunter l’espace aérien saoudien pour leurs vols en direction d’Inde et de Chine était sur le point de se conclure.

 

Comments

//