noscript

Please Wait...

Le CGRI met en garde contre le démembrement de la Syrie et de l’Irak

Le CGRI met en garde contre le démembrement de la Syrie et de l’Irak
folder_openSyrie access_timedepuis 6 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec PressTV

Un haut conseiller militaire iranien, le général Javad Gaffari, a évoqué le principal danger qui guette la Syrie, au terme de 11 ans de combat acharné qui s’est soldé par la restitution de la quasi-totalité du territoire syrien, la fin du terrorisme, les premières marches arrières des USA et de leurs alliés de guerre et surtout la perspective du retour de la Syrie au sein du monde arabe.

L’ancien commandant en chef de la Force Qods pour la Syrie a toutefois mis en garde contre les complots de l’ennemi qui visent à «démembrer l’Irak et la Syrie», affirmant que la République islamique d’Iran reste aux côtés des Syriens dans leurs efforts incessants pour libérer leur terre des mains des troupes étrangères et des groupes terroristes.

Le général Ghaffari a fait ces remarques lors d’une cérémonie organisée cette semaine en Syrie en remerciement de ses sacrifices à l’issue de sa mission antiterroriste de six ans dans le pays.

Javad Ghaffari était le troisième commandant des forces du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) en Syrie, succédant le général de division Hossein Hamedani – qui est tombé en martyr lors d’une attaque terroriste de «Daech» dans la ville d’Alep (nord de la Syrie), le 7 octobre 2015 – et le général de brigade Mohammad Jafar Assadi.

«Nos officiers, nos frères et les combattants du Hezbollah sur la ligne de front au centre de commandement, ils sont tous à vos côtés pour libérer votre terre», a déclaré le général Ghaffari dans son discours prononcé au cours de la cérémonie.

«L’ennemi ne mettra pas fin à ses plans malveillants ; l’ennemi ne mettra pas fin à son occupation de votre terre. Ils prévoient de désintégrer la Syrie et l’Irak ; et les documents prouvent l’existence de tels plans. Ils veulent rester sur votre terre et la diviser et vous avez le droit de libérer votre terre», a-t-il affirmé.

«Nous, Iraniens, serons à vos côtés et vous soutiendrons. Nos forces et nos officiers seront parmi vous», a indiqué le commandant en chef en soulignant que «les nouveaux commandants du CGRI en Syrie continueront de vous soutenir dans la libération de votre terre».

Il a conclu son discours en exprimant sa gratitude pour la tenue de la cérémonie et a déclaré: «Où que nous soyons, nous vous aimerons toujours du fond du cœur».

La Syrie a été la cible d’une guerre imposée par les USA, l’OTAN et certains pays de Golfe depuis 2011, l’Iran lui a offert un soutien consultatif militaire à la demande du gouvernement de Damas, permettant à l’armée syrienne d’accélérer ses gains sur divers fronts contre les groupes terroristes. Désormais, c’est contre l’occupation américaine et israélienne que cette assistance se poursuivra.

Dans le but de piller les ressources de pétrole brut de la Syrie, les États-Unis y ont maintenu une présence militaire illégale et collaborent avec des miliciens qui combattent le gouvernement légitime de la Syrie. Imposant des sanctions paralysantes à Damas, Washington envoie ses troupes bombarder les positions de l’armée syrienne et des forces antiterroristes.

Certains alliés de Washington dans la région, dont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ont fourni des armes et un soutien financier aux miliciens dans l’espoir de renverser le gouvernement syrien. Des centaines de milliers de personnes ont été tuées et des millions d’autres déplacées depuis le début du conflit en Syrie.

À l’heure qu’il est, la situation est au beau fixe par rapport à l’époque où au plus fort de la crise la quasi-totalité du territoire syrien était tombée aux mains des terroristes.

La majeure des régions est actuellement contrôlée par le gouvernement syrien. Des villes importantes telles qu’Alep, Hama, Homs et Damas ainsi que Ghouta orientale et occidentale ont été sécurisées et sont contrôlées par Damas.

Comments

//