noscript

Please Wait...

Les «gilets jaunes» font leur rentrée ce samedi 12 septembre

Les «gilets jaunes» font leur rentrée ce samedi 12 septembre
folder_openFrance access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

Les «gilets jaunes» font leur rentrée ce samedi 12 septembre. Des rassemblements sont annoncés dans plusieurs villes dont Paris. Dans la capitale, les manifestants sont invités à se réunir sur les Champs-Élysées, place de la Bourse, place Wagram et place Saint-Pierre, au pied de la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre. Par ailleurs, la préfecture de police de Paris a interdit tout rassemblement sur les Champs-Élysées, aux abords de l'Élysée, de l'Assemblée nationale, ou encore de l'Hôtel Matignon...

Le préfet de police de Didier Lallement a averti qu’«il ne pouvait y avoir de destructions, de chaos sur les Champs-Elysées», où deux manifestations ont été interdites. «Il y a un souci de sérénité sur cette avenue qui est une vitrine de notre pays. Donc j'ai interdit ces manifestations», a déclaré le préfet lors d'un point presse sur la place de l'Etoile.

2300 personnes ont indiqué qu'elles entendaient participer au rassemblement sur les Champs-Elysées, et 7000 se sont montrées intéressées, selon la page Facebook de l'événement. De source policière, 4000 à 5000 manifestants étaient attendus à Paris, dont 1000 personnes potentiellement violentes. Deux autres cortèges, déclarés, ont en revanche été autorisés à défiler : l'un au départ de la place de la Bourse, au centre de la capitale; l'autre au départ de la place Wagram, à l'ouest.

«J'entends parler de dictature, mais je note qu'il y a des possibilités de manifestations (...) à condition qu'elles se passent pacifiquement, qu'il n'y ait pas de destructions», a souligné le préfet, appelant également au «respect des gestes barrières». Sans donner de chiffres globaux sur les effectifs mobilisés, le préfet a évoqué un dispositif «approprié», «important», avec de «la mobilité et de la réactivité», notamment grâce au déploiement de 160 motards des brigades de la répression de l'action violente (BRAV-M).

En milieu de journée, une centaine de personnes avaient déjà été arrêtées dans la capitale. Des rassemblements étaient bien signalés aux abords de la Bourse et dans le secteur de Wagram. Dans cette dernière zone, de brèves tensions ont été constatées. L'humoriste Jean-Marie Bigard a été vu place de la Bourse, seul, entouré de nombreux journalistes et photographes. Il avait annoncé se désolidariser de Jérôme Rodrigues - à l'initiative de cette nouvelle journée - qui a qualifié les policiers de nazis.

Autant de secteurs concernés par la fermeture de stations de métro et de RER. Une trentaine de stations ne sont plus accessibles depuis 5 heures ce samedi matin, sur demande de la préfecture de police.

Comments

//