noscript

Please Wait...

«Israël» reporte sur le vote sur le budget, évite des élections anticipées

«Israël» reporte sur le vote sur le budget, évite des élections anticipées
folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Reuters

Le gouvernement israélien a évité lundi de plonger le pays dans une nouvelle crise politique avec de quatrièmes élections législatives en moins de deux ans, en reportant la date butoir initialement fixée pour le vote du budget national, point de contentieux entre Benjamin Netanyahou et Benny Gantz.

Benjamin Netanyahou et Benny Gantz, qui ont conclu en mars dernier un accord de partage du pouvoir ayant débouché sur un cinquième mandat de Netanyahou ( ), s'opposent sur la durée du budget à voter - un an ou deux ans - sur fond de crise sanitaire du coronavirus qui a alimenté une crise économique.

Le Likoud de Netanyahou et le mouvement Blanc et Bleu de Gantz ont conclu un accord pour repousser de 120 jours la date butoir sur le vote du budget.

Faute de vote au Parlement avant le 25 août, des élections législatives anticipées devaient être organisées, selon la loi. Les députés ont approuvé le report deux heures avant l'expiration du délai initial.

Il y avait eu au préalable de fortes spéculations selon lesquelles Netanyahou était décidé à laisser le délai expirer afin qu'un nouveau scrutin soit organisé, après que les élections d'avril 2019, septembre 2019 et mars dernier n'ont permis de dégager aucune majorité à la Knesset.

Dans l'hypothèse d'un nouveau scrutin, Netanyahou resterait à la tête d'un gouvernement intérimaire jusqu'à la tenue du vote en novembre. L'accord de coalition prévoit que Gantz soit nommé Premier ministre intérimaire si le gouvernement rompt pour toute autre raison qu'une impasse sur le budget.

Netanyahu a posté lundi sur Facebook, avant le vote, une vidéo dans laquelle il a déclaré qu'il ferait ce qu'il fallait, c'est-à-dire «éviter des élections inutiles».

Gantz a organisé une conférence de presse lors de laquelle il a prévenu que la situation dans le pays était si tendue que de nouvelles élections auraient «ensanglanté» les rues.

L'économie israélienne est entrée en récession et, selon les projections, devrait se contracter de 4,5% sur l'année.

 

Comments

//