noscript

Please Wait...

À 75 ans, le détenu palestinien Saadi Gharabli décède dans les geôles israéliennes

À 75 ans, le détenu palestinien Saadi Gharabli décède dans les geôles israéliennes
folder_openPalestine access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Le prisonnier palestinien Saadi Gharabli, âgé de 75 ans, est décédé ce lundi 6 juillet 2020 dans la prison israélienne de «Ramla», a annoncé le club des prisonniers palestiniens.

Originaire du quartier Choujaiya, dans la ville de Gaza, le martyr Gharabli est l’un des plus anciens prisonniers palestiniens. Il a passé 26 ans en prison et était condamné à perpétuité.

Sa famille, qui était interdite de lui rendre visite, a indiqué avoir reçu plusieurs appels (des détenus palestiniens) de la prison d’«Eshel» pour lui sauver la vie après la dégradation de son état de santé.

Outre le cancer, le martyr Gharabli qui a été emprisonné en 1994 et soumis à l’isolement jusqu’en 2006, souffrait d’autres maladies chroniques, dont le diabète, pression artérielle, et déficience auditive et visuelle.

Les autorités pénitentiaires ont refusé de le transférer à la clinique de la prison de «Ramla» pour qu’il reçoive le traitement nécessaire, ce qui a entraîné la détérioration de son état de santé.

Rompre le silence

Le Hamas a appelé les institutions internationales et des droits de l’homme à rompre leur silence face à la mort qui menace la vie des détenus palestiniens en raison des négligences médicales délibérées dans les prisons israéliennes.

Il a appelé à la formation d’une commission d’enquête internationale pour découvrir les circonstances de la mort de Gharabli qui souffrait d’un cancer de prostate.

Avec son martyre, le nombre de détenus décédés dans les geôles de l’occupation depuis 1967 s’élève à 223, en plus des centaines d’autres morts après leur libération, des suites de maladies héritées des prisons.

Grève de la faim

Dans le même contexte, deux prisonniers palestiniens détenus dans la prison israélienne d’«Ofer» sont en grève de la faim contre leur «détention administrative», c’est à dire sans charge, depuis 14 jours.

Adi Shehadeh, étudiant de 24 ans, du camp de réfugiés de Deheisheh à Bethlehem, a été arrêté et incarcéré sans la moindre charge depuis le 21 novembre 2019, et souffre de fortes migraines qui ne sont pas traitées.

Fadi Ghneimat, de Surif à Al-Khalil (Hébron), 40 ans et père de 4 enfants, a subi 3 détentions administratives successives sans aucune inculpation depuis le 28 septembre 2010, et vient d’apprendre qu’une 4ème avait été décidée.

Rappelons que plus de 700 Palestiniens sont ainsi emprisonnés sans charge pour des durées reconductibles à l’infini.

Comments

//