noscript

Please Wait...

achoura2019

Deal du siècle: des protestations de par la Palestine occupée, grève générale à Gaza

Deal du siècle: des protestations de par la Palestine occupée, grève générale à Gaza
folder_openPalestine access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec PressTV

Les Palestiniens ont investi les rues de la Cisjordanie occupée et de la bande de Gaza pour condamner la conférence qui a lieu les 25 et 26 juin à Manama et au cours de laquelle doit être présenté le volet économique du «Deal du siècle».

Les protestataires palestiniens ont mis le feu à des effigies de Donald Trump en signe de protestation contre le soi-disant «plan de paix» américain pour le conflit israélo-palestinien.

A Naplouse (Cisjordanie occupée), des milliers de personnes ont exprimé leur colère et incendié des drapeaux israéliens ainsi que des effigies du président américain Donald Trump.

«La Palestine et la noble al-Qods ne sont pas à vendre», ont scandé les manifestants.

La conférence de Manama vouée à l’échec

«Le peuple palestinien est ici pour dire à haute voix que le Deal de Trump et la conférence de Manama ne mèneront nulle part», a affirmé Jihad Ramadan, un membre du mouvement palestinien Fatah qui était dans les rangs des manifestants à Naplouse.

«La conférence de Manama est rejetée et vouée à l’échec», a dit Maher Harb, lui aussi, membre du mouvement Fatah.

«Notre message aux usurpateurs et à l’administration américaine est que l’oppression et la tyrannie ne perdureront pas», a précisé Mahmoud al-Aloul, membre du comité central du Fatah.

Un grand rassemblement a également eu lieu, le lundi 25 juin, sur la place Ibn Rochd à al-Khalil (Hébron), toujours en Cisjordanie occupée.

Le secrétaire général du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat, a lui aussi participé aux manifestations contre le «Deal du siècle», dans la ville d’Ariha, en Cisjordanie occupée.

Un plan mort-né

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Chtayyeh, a quant à lui évoqué le programme famélique prévu pour la conférence de Manama ainsi que le très bas niveau de participation des États invités pour sceller l’initiative américaine qui semble «mort-née».

M. Chtayyeh a indiqué que le refus de l’Autorité palestinienne de participer à la conférence de Manama a largement mis en cause la légitimité de ce sommet, et a mis l’accent sur le fait qu’il existe d’ores et déjà une solution politique à la cause palestinienne. Celle-ci consiste en effet, comme le rappelle M. Chtayyeh, à mettre fin à l’occupation israélienne et à laisser aux Palestiniens l’accès à leurs richesses.

Grève générale à Gaza

Même son de cloche à Gaza qui a été le théâtre de rassemblements d’envergure; les banques, les centres commerciaux et les universités ont observé une grève, en protestation à la participation de certains pays arabes à cette conférence.

Le Comité national pour la Marche du grand retour et la levée du blocus a de son côté condamné l’attitude de certains pays arabes (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Maroc et Jordanie) qui ont fait part de leur volonté de participer à la conférence de Manama, les appelant à respecter la position unanime des Palestiniens sur cette question.

Comments

//