noscript

Please Wait...

Gaza: la tactique gagnante de la Résistance pour briser le «Dôme de fer»

Gaza: la tactique gagnante de la Résistance pour briser le «Dôme de fer»
folder_openPalestine access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec PressTV

Entre les 4 et 6 mai 2019, sur un total de près de 700 missiles palestiniens tirés contre «Israël», seuls 173 ont été interceptés. C’est plus qu’une catastrophe quand on sait l’écart gigantesque entre le coût d’un missile du «Dôme de fer» (80 000 dollars) et le coût d’un missile palestinien  (300 à 1000 dollars), estimaient les analystes israéliens, approuvant à mots couverts ceux des colons sionistes qui dénonçaient leurs officiers pour s’être servi d’eux à titre de «bouclier humain» en les plaçant sous la protection d’une «passoire» dénommée «Dôme de fer»!

Le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam revient sur ce nouvel échec du soi-disant bouclier antimissile israélien face à la Résistance et explique comment celle-ci a su le franchir.

«La tactique qui nous a aidée à percer le bouclier et à atteindre nos objectifs a consisté à maintenir une puissance de feu élargie impliquant de nombreux missiles tirés en un laps de temps compact. La puissance de la charge a fait le reste», a souligné Abou Obaida, le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam.

Et de poursuivre: «Avec une haute puissance de destruction, les missiles que Qassam a tirés sur les cibles israéliennes, ont causé de lourds dégâts à l’entité sioniste et changé de tout en tout le rapport des forces. Surtout que des dizaines de missiles ont été lancés de façon coordonnées et simultanée, ce qui a pris de court à la fois les radars et le dispositif d’interception du bouclier israélien».

En 48 heures de combats, près de 700 missiles ont été tirés contre les colonies du sud de l’entité sioniste et à mesure que le rayon des bombardements israéliens s’amplifiaient, les frappes aux missiles visaient des cibles israéliennes plus distancées de Gaza et plus proche du centre d’«Israël».

Pour la première fois depuis 70 ans, les missiles palestiniens ont visé des maisons, des usines et des bâtiments dans les colonies et la presse israélienne évoque même l’incapacité dans certains cas à «se mettre à temps à l’abri».

En «Israël» les médias restent trop vagues sur le bilan des dégâts tandis qu’ils n’avancent qu’un bilan de 4 morts et de 115 blessés.

Un simulacre de déploiement en vue d’une opération terrestre a eu lieu sur les frontières avec Gaza impliquant la «7e brigade blindée» de l’armée israélienne et les forces dites d’«élite» de «Golani», mais selon le site israélien DEBKA, «Tel-Aviv» n’a pas osé s’y aventurer, rapatriant le tout au bout de deux heures.

Une trêve a ainsi été conclue lundi à 4h30 (heure locale) sous l’égide de l’ONU et de l’Égypte, engageant «Israël» à signer les accords prévoyant la levée du blocus de Gaza. Ce qui veut dire que l’entité sioniste entre pleinement dans une nouvelle ère, non pas celle promise par le «Deal du siècle» mais celle où « «l’adversaire se mesure à lui et a de quoi le faire acculer».

En effet, des dizaines de missiles tirés en 48 heures ont frappé le sud, l’est pour s’étendre au nord de l’entité sioniste sans que la «défense antimissile tri-couche» israélienne puisse servir à grand-chose.

Dans une interview avec le journal israélien, Jerusalem Post, l’ancien chef du département de la recherche des renseignements militaires, Yaakov Amidrror reconnaît que le «Dôme de fer» n’a pas été en mesure d’intercepter tous les missiles lancés depuis Gaza et il invente pour cette contre-performance diverses raisons.

Selon lui, il y a d’abord la distance de tir: certains missiles ont été lancés depuis des zones limitrophes aux colonies, ce qui a privé «Dôme de fer» d’avoir le temps nécessaire pour entrer en action d’interception. Mais le manque de temps ne serait pas la seule raison de l’échec du «Dôme de fer». Les particularités de la conception de ce système lui feraient échapper aussi «les projectiles destinés à des zones qu’il considère comme vides ou inhabitées». Il a donc un problème de localisation, a déclaré l’expert militaire israélien arguant que cela avait été le cas du véhicule blindé israélien qui avait été visé et détruit par le missile Kornet de la Résistance palestinienne à «Yad Mordechai», près de la frontière avec Gaza.

«Du point de vue du système, il s’agissait d’une zone ouverte sans personnes. Nous n’interceptons pas de telles roquettes», a justifié Yaakov Amidrror sans vraiment convaincre le public israélien qui sur les images de la vidéo diffusée de cette opération, voit un train passer juste derrière le véhicule, ce qui veut dire que le Kornet palestinien aurait bien pu cibler non seulement le blindé mais aussi le train. Un deuxième véhicule blindé israélien a d’ailleurs été visé, le lundi 6 mai. À ceci s’ajoute une autre faille: «Les interceptions effectuées par le système n’ont pas fait exploser les charges des roquettes ce qui confirme son échec».

Le «Dôme de fer» est «un système de défense aérienne mobile» israélien, développé par la société «Rafael Advanced Defense Systems», conçu pour intercepter des roquettes et obus de courte portée. Le système a été créé à l’origine pour faire face aux attaques de roquettes lancées depuis la bande de Gaza et le Liban.

Comments

//